Cet article date de plus de 5 ans

La romancière Edmonde Charles-Roux est morte ce mercredi à Marseille

La résistante, journaliste et romancière Edmonde Charles-Roux est morte ce mercredi 20 janvier au soir à Marseille, entourée de son petit neveu Marcantonio del Drago. La romancière avait 95 ans. Elle était la veuve de Gaston Defferre, ancien maire de Marseille.
La romancière Edmonde Charles-Roux, ex-présidente de l'Académie Goncourt, et prix Goncourt en 1966 pour Oublier Palerme, est morte, hier, à l'âge de 95 ans. Elle était la femme de Gaston Defferre.

"C'était une femme d'un très beau caractère, avec un courage intellectuel, mais aussi physique, inouï." Contacté par francetv info, le journaliste Bernard Pivot se souvient de la romancière Edmonde Charles-Roux. C'est elle qui l'avait désigné comme successeur à la présidence de l'académie Goncourt depuis le 7 janvier 2014.

Sa nécrologie signée DEPIERRE Sylvie et MORAND Martine :

durée de la vidéo: 02 min 03
Edmonde Charles-Roux est morte à 95 ans

La résistante, journaliste et romancière L'annonce de son décès a été faite par la secrétaire de l'Académie Goncourt :




Elle était "très diminuée" ces derniers temps, a précisé le député socialiste des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci pour qui "elle incarnait une fidélité" aux idées socialistes après la mort de Gaston Defferre.

Résistante de la première heure

Cette grande bourgeoise a toujours cultivé l'anticonformisme. Résistante à Marseille, le général de Lattre de Tassigny l'affecte à son état-major lors du débarquement des troupes françaises en Provence.

Après la Libération, Edmonde Charles-Roux entre à la rédaction du tout nouvel hebdomadaire féminin Elle. Puis elle devient en 1950 rédactrice en chef de l'édition française du magazine Vogue, où elle se lie avec les plus grands artistes. Elle est licenciée en 1966 pour avoir imposé une mannequin noire en couverture... et cultivé des amitiés trop à gauche au goût de ses patrons américains.
Membre de l'atelier de Maurice Druon en 1955, elle participe à la rédaction de la série "Les Rois maudits".
Elle reçoit le prix Goncourt en 1966 pour son premier roman, "Oublier Palerme", devient membre de l'Académie en 1983, est élue présidente en 2002. Elle ne cèdera la présidence à Bernard Pivot qu'en 2014. 

Le 7 janvier dernier, elle avait démissionné de l'Académie pour raisons de santé,
 laissant son "couvert" à l'écrivain, dramaturge et metteur en scène Eric-Emmanuel Schmitt. 
Ses oeuvres, parmi lesquelles "Elle, Adrienne" (1971, "L'Irrégulière" (1974), biographie de Coco Chanel, "Une enfance sicilienne" (1981), "Un désir d'Orient" (1989) ou "Nomade j'étais" en 1995, sont traduites en une vingtaine de langues.
Elle avait aussi écrit des scénarios et adaptations pour les ballets de Roland Petit.
-avec AFP-

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition faits divers culture littérature livres