• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les sachets plastiques font de la résistance sur les marchés

© Maxppp
© Maxppp

Les sacs plastique très fins, bannis des caisses des commerces depuis l'été dernier sont interdits dans les rayons fruits et légumes depuis le 1er janvier. Seuls restent autorisés les sacs biodégradables ou faits d'un mélange plastique-amidon, de papier, tissu ou plastique épais réutilisables.

Par Annie Vergnenegre

Il ne pèse que quelques grammes, mais il met des centaines d'années à se dégrader. Le sachet plastique fin à usage unique ( de moins de 50 micromètres d'épaisseur) est désormais interdit depuis le 1er janvier aussi bien sur les marchés de plein air que dans les rayons fruits et légumes, poisson, viande et fromages des supermarchés.

Ces sachets, utilisés la plupart du temps quelques minutes avant d'aller à la poubelle, représentent 75 % des déchets en mer et c'est pour en finir avec cette pollution massive que ces emballages ne doivent plus être distribués. 

Ecouler les stocks

Pour autant, sur le grand marché du Prado à Marseille, les habitudes ont la vie dure. Ce lundi matin, sur les étales, les sacs plastiques en question étaient toujours bien là pour emballer les marchandises, légumes, vêtements ou chaussures. Les uns écoulent leurs vieux stocks, les autres rechignent à dépenser plus pour polluer moins. 
"Les sacs biodégradables, on les paie 1 euro 20 le paquet de 50 contre 1 euro les 100 pour les sachets de base, ça fait une sacrée diifférence...", se justifie une commerçante. 

Du côté des consommateurs, certains ont déjà adopté une démarche écologique en prenant systématiquement un panier pour faire leurs courses. "On a toujours un sac, c'est pas un souci, nous dit une habituée du marché, "c'est une très bonne chose compte-tenu des dégâts que font ces sacs plastiques".  

Quelles sanctions?

Des sanctions administratives et/ou des sanctions pénales sont prévues par le Code de l’environnement en cas d'infraction qui peuvent aller jusqu'à deux ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

A noter qu'en 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables) d’être interdite, sauf si elle est compostable en compostage domestique et constituée de matières biosourcées.

Reportage Sidonie Canetto et Laurent Esnault : 
Sacs plastiques sur les marchés




Sur le même sujet

Christian Carrère, psychiatre addictologue

Les + Lus