Restaurant, tabac... Une enquête révèle les dépenses exorbitantes de la maire de Rognac avec la carte bleue municipale

Une enquête signée Marsactu révèle la liste des frais faramineux effectués par la maire de Rognac Sylvie Miceli-Houdais et son prédecesseur Stéphane Le Rudulier, avec la carte de la mairie.

La carte bleue dédiée au maire de la ville de Rognac a chauffé. Dans une enquête publiée mardi 14 mai, nos confrères de Marsactu révèlent une liste à rallonge de dépenses effectuées par l’actuelle maire de la commune des Bouches-du-Rhône, Sylvie Miceli-Houdais, ainsi que par son prédécesseur, le sénateur Stéphane Le Rudulier (LR).

Selon les documents que Marsactu a consultés la fameuse carte bleue a servi pour différentes dépenses, "sans lien évident avec la vie de la collectivité". A titre d'exemple, sur six mois, en 2023, près de 5 000 euros en tabac, près de 6 000 en vins et spiritueux, 7 781 pour les trajets en avion, ou encore plus de 38 000 euros en hôtels et restaurants. Au total, 86 000 euros de paiements ont été effectués avec cette carte. 

Détournement de fonds publics ou dépenses pour la commune ? 

Ces montants apparaissent très importants pour une commune de 12 500 habitants et posent question sur l'usage de l'argent public. Le procureur d'Aix-en-Provence confirme à Marsactu avoir été saisi et convient de son intérêt pour le dossier. "Car si ces paiements, effectués avec une carte bancaire destinée aux achats de la collectivité, sont d'ordre personnel, ils relèveraient alors du détournement de fonds publics", indique le site d'information.

Pour rappel, la carte d'achat donne droit à des représentants désignés par la collectivité de "passer des commandes de fournitures et de services de petit montant (montant maximum préfixé) auprès de fournisseurs préalablement référencés (agréés) par l'ordonnateur", est-il expliqué sur le site du gouvernement au sujet des finances locales.

La maire de Rognac a déposé plainte

Contactée par France 3 Provence-Alpes, la maire de Rognac n'a pas donné suite. Dans une réponse écrite transmise à Marsactu, l'élue indique qu'il ne s'agit pas de "dépenses personnelles". Stéphane Le Rudulier assure de son côté qu'il n'a "jamais été en possession" de cette carte.

Le 10 mai, avant même la parution de l'enquête, Sylvie Miceli-Houdais a annoncé par communiqué avoir déposé plainte pour "vol et recel de documents administratifs", à l'encontre du journal Marsactu

L'édile évoque une opération "de diffamation et de désinformation", ainsi qu'une "confusion entre achat public et frais de représentation".