Saintes-Maries-de-la-Mer : le pèlerinage annulé, les tsiganes déçus, mais respectueux

Ils le savaient et se sont pliés à la décision : les tsiganes ne pourront se réunir en mai pour leur pèlerinage annuel honorant Sara la noire, leur patronne. Le message a été envoyé aux familles du monde entier... 
Le traditionnel pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer, ou pèlerinage des gitans, attire chaque années des milliers de personnes.
Le traditionnel pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer, ou pèlerinage des gitans, attire chaque années des milliers de personnes. © Dominique ANDRE / MaxPPP
Comme chaque année depuis un siècle, ils auraient dû être 20000 à se retrouver les 24 et 25 mai prochains, pour le grand pélerinage tsigane des Saintes-Maries de la Mer.

Gitans, cintis, manouches et yéniches venus des quatre coins du monde se seraient de nouveau réunis pour honorer leur patronne, Sara la vierge noire.

Mais le coronavirus bouscule toutes les habitudes et particulièrement les rassemblements. Le déconfinement n'autorise pas plus de dix personnes en réunion.

"C'est un crève coeur", soupire Payou Baptiste. "Mais nous comprenons bien. C'est une décision que nous prenons en compte. Mais pour toute la communauté des gens du voyage, c'est dur".

Payou fait partie de la famille Baptiste, dont les membres sont les porteurs officiels de la statue de Sara. Il est le président de la communauté gitane Grand Sud.

"On est bien conscients des risques que présente le virus. Nous ne voulons pas amener nos enfants à nos aînés, avec le risque de les perdre", poursuit-il.

"Nous continuons à respecter les gestes barière. Malgré le déconfinement, 90 % des enfants de notre communauté ne reprendront pas l'école".

Le pèlerinage a été annulé il y a plus d'un mois. La communauté tsigane a fait passer le message à tous ses membres. "Ca s'est diffusé aussi vite que le virus", rajoute Payou Baptiste.

Cette année, tout sera fermé. Les hôtels, les campings et l'église...

Le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, Roland Chassain a dû lui aussi, se plier aux exigences sanitaires avec une certain dépit.

"Le week-end de l'assomption est traditionnellement un grand rendez-vous de plusieurs milliers de personnes, qui attire énormément de touristes, et donne une aura à notre commune. Cette année, tout sera fermé. Les hôtels, les campings et l'église qui accueille habituellement la cérémonie".

Le pèlerinage est une grande fête que certaines familles vivent durant une dizaine de jours. A cette période de l'année, les premières caravanes se mettent déjà en place.

Chaque année la ferveur des fidèles et la curiosité du public est immense. Reportage en 2018Cette année, pas l'ombre d'une caravane envue pour l'instant, selon le maire de la commune. Les autorités craignent toutefois des regroupements.

Par mesure de précaution, le préfet de police et le préfet de région ont prévu l'envoi d'une soixantaine de gendarmes sur place, à compter du week-end prochain.

A leurs côtés, les services techniques et la police municipale s'assureront également du maintien des mesures préventives.

C'est la deuxième fois depuis un siècle, que le pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer est annulé. La seule fois auparavant fut en 1940, durant une guerre d'une tout autre réalité.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société événements sorties et loisirs