VIDÉO. Salon-de-Provence : des tirs à l'arme de guerre près d'une école

Des tirs en l’air à l'arme automatique ont eu lieu mardi 7 septembre à proximité d'une école, juste à la sortie des classes. En réaction, le maire de Salon-de-Provence a fait détruire un point de vente de drogue.
07/09/2021. C'est à cinquantaine mètres de l'école élémentaire Saint-Norbert de Salon-de-Provence, que les tirs ont eu lieu.
07/09/2021. C'est à cinquantaine mètres de l'école élémentaire Saint-Norbert de Salon-de-Provence, que les tirs ont eu lieu. © Jean-François GIORGETTI / FTV

La scène ahurissante se déroule alors que les enfants de l'école élémentaire de ce quartier populaire des Canourgues sortent vers 13h30, récupérés par leurs parents.

Trois individus arrivent en voiture et sortent sur une esplanade en béton située à une cinquantaine de mètres de là. L'endroit est connu pour être un point de vente de drogues de la cité voisine. Et ils ouvrent le feu "à l'arme de guerre", tirant des rafales en l'air, avant de prendre la fuite. Des douilles de différents calibres seront retrouvées sur place.

La voiture du commando est également retrouvée incendiée peu de temps après sur la commune de Salon-de-Provence.    

Une action bien exécutée qui témoigne d'une guerre entre narcotrafiquants, selon Eddy Sid, délégué du syndicat Unité SGP Police FO Marseille

"Ce n'est pas une zone de non-droit, ce n'est pas les quartiers nord de Marseille, mais c'est une cité clairement identifiée sur le marché du trafic de stups".

"On a déjà eu maille à partir avec des trafiquants, on a déjà démantelé et re-demantelé des réseaux", précise Eddy Sid. "C'est sûrement une logique de reconquête de territoire, un enjeu entre narcotrafiquants". 

La Sûreté départementale a été saisie de l'enquête.

La réponse de la municipalité de Salon ne s'est pas fait attendre. Nicolas Isnard, le maire LR de Salon-de-Provence a ordonné mercredi la destruction de la dalle de béton sur laquelle s'installaient les trafiquants.

Tout ce qui pouvait permettre aux dealers d'organiser leur commerce a également été rasé à coup de pelleteuses. Bancs, arbres ou arbustes ont été détruits ou coupés pour permettre aux caméras de vidéo protection installées à l'abord de l'école de mieux surveiller les alentours.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue