Tarascon : 12 à 15 mois de prison ferme pour les agresseurs de trois gendarmes, le parquet fait appel

Trois hommes ont écopé de peines allant de 12 à 15 mois de prison ferme. Ils étaient jugés au tribunal correctionnel de Tarascon après avoir avoir agressé trois gendarmes de Port-Saint-Louis du-Rhône à la sortie d'une discothèque.

Le tribunal correctionnel de Tarascon a condamné ce mardi 10 mai trois hommes à des peines allant de 12 à 15 mois de prison ferme, suite à l'agression de trois gendarmes le week-end précédent.

Les trois prévenus étaient jugé en comparution immédiate pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Ils effectueront leur peine sous bracelet électronique. Ils écopent également d'une peine de 6 mois de sursis chacun.

L'une des victimes s'est présentée à l'audience. Son œil au beurre noir témoigne encore de l'agression, qui lui a valu une ITT de 4 jours. Une vingtaine de gendarmes se sont rassemblés en soutien à leurs collègues devant le tribunal judiciaire de Tarascon.

Frappé à plusieurs reprises

Tout au long de l'audience les juges ont tenté de déterminer si les auteurs de l'agression étaient conscient de la qualité de gendarmes de leurs victimes. Selon les gendarmes, leurs agresseurs les auraient attaqués suite au retrait de permis de l'un d'eux.

Ce mardi 10 mai, en fin de journée, le procureur de Tarascon a annoncé qu'il ferait appel de la condamnation, estimant que "la peine n'est pas pleinement adaptée", compte tenu du "trouble à l'ordre public" que constitue le fait d'agresser des gendarmes "parce qu'ils ont été reconnus comme tels".

Les faits se sont déroulés dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mai. Alors qu'ils sortaient d'une boîte de nuit de Saint-Mitre-les-Remparts, dans les Bouches-du-Rhône, trois gendarmes ont remarqué une voiture qui les attendait. 

La voiture aurait alors suivi celle des gendarmes en direction de Port-Saint-Louis-du-Rhône. A l'entrée de la ville, les agresseurs ont barré la route avec leur véhicule. Un gendarme est alors sorti de la voiture. Il se serait alors fait frapper à plusieurs reprises par un des quatre hommes qui l'attendaient.

Il aurait reçu plusieurs coups, notamment au visage. Pendant la bagarre, son agresseur aurait lancé : "C'est pour le permis que tu m'as retiré !".

Les agresseurs ont ensuite suivi leurs victimes jusqu'à leur domicile, un bâtiment loué à la gendarmerie de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Alertés, des gendarmes seraient alors descendus pour porter secours à leurs collègues.