Tarascon: 10e jour de conflit à Fibre Excellence, la filière bois organise une "opération escargot" face aux grévistes

10e jour de grève des salariés de l'usine Fibre Excellence à Tarascon. La direction comme les grévistes campent sur leurs positions. Les professionnel du secteur du bois se sont rassemblés devant l'usine ce mercredi. Avant de procéder à une opération escargot entre Arles et Tarascon.

Les forestiers à leur tour manifestent contre la grève des salariés de l'usine Fibre Excellence à Tarascon.
Les forestiers à leur tour manifestent contre la grève des salariés de l'usine Fibre Excellence à Tarascon. © Jean-François Giorgetti /FTV
Une trentaine de camions semi-remorque chargés de tronc d'arbres, des forestiers s'est présenté à l'entrée de l'usine pour faire pression sur les grévistes.

D'un côté, des salariés qui veulent sauver leurs emplois dans une usine de pâte à papier aux finances plus que précaires. De l'autre, des professionnels qui  ne vivent que de la vente de bois à cette entreprise.

"L'usine de Tarascon, Fibre Excellence achète environ 1,2 million de tonnes de bois chaque année pour produire de la pâte à papier", rappelle Jean-Louis Marsande, président du Syndicat des exploitants forestiers et scieurs Alpes-Méditerranée (Sefsam) venu lui aussi manifester.

De leur côté, les salariés grévistes contestent le diagnostic de la direction et soulignent que des projets importants de développement sont dans les tuyaux et ne justifient pas une baisse globale de rémunération allant "jusqu'à 20% pour
certains ouvriers", selon Florian Berthon, élu du syndicat Force ouvrière, présent devant l'usine mercredi.
Les salariés grévistes de l'usine Fibre Excellence de Tarascon en sont à leur 10e jour de grève.
Les salariés grévistes de l'usine Fibre Excellence de Tarascon en sont à leur 10e jour de grève. © Jean-François Giorgetti/ FTV

Une opération escargot a eu lieu ce mercredi matin sur la nationale 113, entre Arles et Tarsacon.

La direction de Fibre Excellence annonce une perte de chiffre d'affaire de "250.000 euros par jour depuis le début de la grève".

Le conflit entre dans son 10e jour de grève.

Syndicat et direction ne se parlent plus, les seuls échanges se font par le biais d'un négociateur du ministère de l'économie et des finances, pour tenter de trouver une sortie de crise.
 
En début de semaine, dans un contexte où les plans sociaux se multiplient en France, la préfecture des Bouches-du-Rhône s'était dite "particulièrement attentive" à la situation chez Fibre Excellence.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social grève pollution environnement