• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Vitrolles : témoignage du mari d'Emilie Kieng, morte 36 heures après son accouchement

Thierry Kieng, le mari d'Emilie, décèdée après son accouchement, avec sa fille Briseïs, le 23 janvier 2019. / © Xavier Schuffenecker / France 3 Provence-Alpes
Thierry Kieng, le mari d'Emilie, décèdée après son accouchement, avec sa fille Briseïs, le 23 janvier 2019. / © Xavier Schuffenecker / France 3 Provence-Alpes

Le 2 décembre 2018 à Vitrolles, Emilie Kieng accouche d'une petite fille puis décède à la maternité. Selon les résultats de l'autopsie, elle aurait été victime d'une embolie amniotique, pathologie rare et indécelable. Mais son mari porte plainte contre la clinique, pour négligence.
 

Par Nathalie Deumier

Emilie Kieng est décédée 36 heures après avoir accouché. Le 2 décembre 2018, elle donne naissance à 19 heures à une petite fille à la clinique de Vitrolles. C'est sa deuxième fille, l'accouchement se passe bien mais quelques heures plus tard, son mari constate l'état inquiétant de sa femme. Elle perd beaucoup de sang, elle est fiévreuse. Il alerte le service à plusieurs reprises :
 
"Je suis allé chercher ce docteur et je lui ai dit : « ça ne va pas ». Il me dit : « Regardez, les constantes sont bonnes, ce sont que des ressentis de la morphine. » J'ai dit: «Tu entends mon coeur, c'est rien, n'aie pas peur ». Et là, en la relevant, je relève son tee-shirt, elle avait le ventre violet, complètement violet".

Thierry Kieng retourne chercher le médecin et s'entend dire que cela "peut être des dégâts de la morphine", de ne pas s'inquiéter. Plus tard, lorsque le médecin anesthésiste arrive tout se précipite. "Je le vois partir en courant dans la chambre, demander une aiguille à la sage-femme: « Donnez-moi vite une aiguille !» Il lui fait une prise de sang. Et là, il se retourne et dit: « Vous ne voyez pas que les veines sont sèches et plates ? »

L'hémorragie est trop importante, l'équipe médicale ne peut plus rien faire, et Emilie Kieng, âgée de 34 ans, décède dans la matinée. 
 
Emilie Kieng / © Xavier Schuffenecker / France 3 Provence-Alpes
Emilie Kieng / © Xavier Schuffenecker / France 3 Provence-Alpes

Ce n'est pas tant la colère qui anime aujourd'hui Thierry Kieng, que la volonté de comprendre ce qui s'est passé. "Moi, ce que je veux savoir, c'est pourquoi il ne l'a pas aidée. Cette embolie amniotique décelée à l'autopsie, peut-être qu'elle y est, je ne le contredis pas", explique-t-il résigné.

"Mais c'est pas une mort certaine. Ils auraient pu faire quelque chose s'ils l'avaient décelée. Ils ont eu 36 heures pour voir ce qu'elle avait. Il y avait des prises de sang. Ils n'ont rien vu." 

L'embolie amniotique est une pathologie rare difficile à déceler. On en recense très peu en France, 1 cas pour 60 000 naissances chaque année.

Thierry Kieng a porté plainte contre la clinique pour non-assistance à personne en danger et pour homicide involontaire. L'enquête judiciaire a été confiée au parquet d'Aix-en-Provence. Thierry Kieng prévoit d'organiser une marche blanche en hommage à sa femme. 
 
Vitrolles : témoignage du mari d'Emilie Kieng, morte 36 heures après son accouchement
Intervenants : Thierry Kieng; Frédéric Reig, directeur régional du groupe Almaviva; Un reportage de : Jérémie Hessas, Francis di Cesare, Xavier Schuffenecker et Philippe Hervé.


 




 

Sur le même sujet

Chantal Marchand, directrice départementale des finances des Alpes-Maritimes

Les + Lus