Chiffres du Covid 19 en hausse, premières vaccinations... ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de l'ARS Paca

L’ARS note une reprise de l’épidémie dans la région en ce début d’année. Elle souligne l’importance de réussir la campagne de vaccination qui débute pour les publics prioritaires, les résidents d’Ehpad et les soignants.

Nice a donné le coup d'envoi des vaccins chez les soignants de Paca.
Nice a donné le coup d'envoi des vaccins chez les soignants de Paca. © Eric Ottino/MaxPPP

Après une forte reprise du nombre des cas positifs en octobre, novembre, l’épidémie s’est stabilisée sur un plateau haut en ce début d’année en Provence-Alpes Côte d'Azur.

Lors d’une visioconférence de presse ce mardi, Philippe de Mester, le directeur général de l'ARS Paca a souligné l’importance du déploiement des centres de vaccination pour atteindre rapidement l’immunité collective avec la région. France 3 vous résume ce qu'il faut retenir sur la première phase de la campagne de vaccination.

En Paca, la première phase de vaccination avec le vaccin Pfizer BioN/Tech cible tout d’abord près de 600 établissements d’hébergement collectif (Ehpad, unités de soins de longue durée et les résidences autonomie), ce qui représente environ 40.000 personnes.

Ce sont les personnes jugées "le plus directement exposées avec un lourd tribut", puisqu’un tiers des décès liés au Covid-19 en France sont des pensionnaires de ces établissements a rappelé Sébastien Debeaumont, directeur général adjoint de l’ARS Paca.  "Depuis le début de cette crise, ce sont aussi dans ces établissements que nous constatons les clusters de plus en plus actifs, a-t-il ajouté, 15 % le sont dans ces établissements pour personnes âgées".

Sont jugés également prioritaires en début de campagne, les professionnels du soins de plus de 50 ans qui présentent des comorbidités. Ils ont été particulièrement touchés par la deuxième vague de Covid-19. L’ARS n’a pas chiffré combien de soignants sont concernés. Il s’agit des personnels travaillant aussi bien en Ehpad, à l’hôpital qu’en ville au contact de population à risque.

Depuis ce mardi, deux cibles complémentaires ont été ajoutées à la première phase de vaccination : les sapeurs-pompiers et les personnels de l’aide aux soins à domicile.

Pour l’heure, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône et le Var ont été livrés en vaccins. Lundi, le centre du CHU Nice a donné le coup d’envoi avec la vaccination des 55 premiers soignants. Des centres vont se mettre en place au niveau des communes de Grasse, Cannes, Antibes, Menton et Roquebillière.

A Marseille, les premières vaccinations de l’AP-HM ont démarré aujourd’hui.

Une autre livraison de vaccins sera faite demain à Marseille selon l'ARS.

Les livraisons sont annoncées pour ce mercredi dans Alpes-de-Haute Provence, les Hautes-Alpes et le Vaucluse. « Sous 48h, tous les départements seront livrés », souligne l’ARS.

La vaccination doit démarrer dès demain à Avignon. D'ici la fin de la semaine prochaine, d'autres centres ouvriront également à Carpentras et Cavaillon.

Un réseau de centres de vaccination va se déployer progressivement dans toute la région. Ils doivent démarrer « sous une semaine » selon le directeur de l’ARS, dès la réception des vaccins qui est en cours. Ces centres sont adossés aux hôpitaux « pivots » équipés de super-congélateurs pour stocker les vaccins à -80°.

Un coup d’accélérateur sera donné grâce à un partenariat avec les centres hospitaliers (publics et privés), et les professionnels de la santé de ville, médecins et infirmières de ville.

En plus des hôpitaux, des maisons médicales de garde ou des centres de dépistage reconvertis, des locaux pourront être mis à disposition par la collectivité locale.

Les Ehpad privés seront approvisionnés en vaccins s via leurs pharmacies de rattachements, à partir des plateformes gérées par Santé Publique France.

Le deuxième circuit concerne les établissements publics et passe par les établissements "pivots", équipés de super congélateurs. Ils sont en cours de livraison des vaccins affirme l’ARS qui réfute tout problème de livraison.

Chaque établissement doit commander le nombre de vaccins déterminés pour ses besoins à partir des consentements recueillis lors de la phase préparatoire. 

Tous les départements seront livrés sous 48 heures affirme le directeur général de l’ARS Paca. 

Le premier lot de vaccins comprend 35.000 doses en cours de livraison répartis six hôpitaux équipés d’un super-congélateur (un dans chaque département). « Les livraisons vont se faire en jets continus », précise le directeur Philippe de Mester.

S’y ajoutent les doses directement livrées aux Ehpad privé, ce qui représente environ 100.000 doses sur plusieurs vagues échelonnées tout au long du mois de janvier. Des réapprovisionnements auront lieu ensuite pour assurer la deuxième injection du vaccin.

L’ARS précise que lors de cette deuxième injection, 21 jours après la première, le vaccin sera reproposé aux personnes qui l'avaient dans un premier temps refusé et qui souhaitent se faire vacciner.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie coronavirus/covid-19 santé société