Cinq choses à savoir sur le 1er mai, jour férié, chômé, payé, avec muguet

Manifester le 1er mai est une tradition américaine née au 19e siècle. Les Français pensaient avoir le monopole de la manifestation, l'histoire de ce jour est bien plus mouvementée que ça.

Chaque 1er mai, on s'offre un brin de muguet et on défile dans la rue en souvenir des luttes et revendications des travailleurs. Cette année, cette fête est aussi marquée partout en France par de nombreuses manifestations contre de la réforme des retraite. Le 1er mai est un jour férié, chômé et payé. Mais savez-vous d'où nous vient cette tradition ? France 3 Provence-Alpes vous détaille cinq choses à savoir sur la Fête du 1er mai. 

  • Mobilisation pour une journée de huit heures 

Le 1er mai 1884, les syndicats américains se mobilisent pour revendiquer une journée de huit heures. En France, cinq ans plus tard, la IIe Internationale réunit les socialistes de 23 pays à l'initiative du SPD, le parti social-démocrate allemand.

Les conditions de travail dans l'industrie sont extrêmement difficiles, l'idée d'une journée de travail avec réglementation grandit dans la plupart des pays industrialisés.Les travailleurs rêvent des 3 huit : "8 de travail, huit heures de sommeil , 8 heures de loisirs". 

Pendant ce congrès de 1889, la date du 1er mai est choisie pour une manifestation internationale dédiée à la journée de 8 heures. Cette initiative doit être reprise chaque année.

  • Le 20 janvier sous la Révolution

Le jour de combat pour les conditions de travail a bien failli tomber un jour de janvier. Pendant la Révolution française, en 1793, la date du 1er pluviôse est choisie, soit le 20 janvier, et abandonnée quelques années plus tard. 

    • Le muguet remplace l'églantine

    1er mai 1886, 400.000 salariés se mettent en grève à Chicago. Le mouvement dégénère. Une bombe est lancée sur les policiers, qui rispostent en faisant plus de 10 morts. Ce 1er mai-là reste gravé dans les mémoires et rend cette date symbolique.

    Cette journée est manifestée pour la première fois en France le 1er mai 1890. 1er mai 1891 à Fourmies, dans le Nord de la France, une manifestation tourne au drame. L'armée tire sur les ouvriers. Dix personnes sont tuées, dont deux enfants. Les militants épinglent sur leur veste une églantine écarlate, fleur traditionnelle du Nord, en souvenir du sang versé. Une tradition oubliée qui refleurit pourtant comme on le voit en ce 1er mai 2023 à Arras.

    En 1907, le brin de muguet apparaît, mais ce n'est qu'en 1941 qu'il remplace l'églantine, associé à un ruban rouge. 

    • Chômé sous Pétain 

    "La fête du travail et de la concorde sociale" est imposée en 1941, avec le muguet pour symbole, par le maréchal Pétain, pour tenter d'effacer la fête internationale des travailleurs et travailleuses comme le rappelle l'historienne des révolutions du 19e siècle et de la citoyenneté, Mathilde Larrere. 

    Pour que la nouvelle soit accueillie à bras ouverts, le jour est déclaré chômé. La fête des mères entre également dans le calendrier de Pétain.

     La Libération supprime ce 1er mai symbolique. 

    • Jour férié à partir de 1947

    Sous la IVe République, le 1er mai devient un jour férié, c’est-à-dire chômé et payé. On doit cette initiative au député Daniel Mayer, appuyé par le ministre du Travail, Ambroise Croizat. Supprimé à la Libération, le 1er mai est réinstitué jour chômé et payé dans le Code du travail, sans être une fête nationale. Mais ce n’est que par la loi du 29 avril 1948 que la "Fête du Travail" est officiellement instaurée le 1er mai.

      

    L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
    choisir une région
    Provence-Alpes-Côte d'Azur
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité