Coronavirus : 4.500 cas confirmés, 279 en Paca, la France passe au stade 3 sur fond d'élections municipales

Avec 12 décès et 839 cas confirmés supplémentaires en 24h, la France compte désormais 4.500 cas confirmés de contamination au coronavirus, a annoncé samedi soir le directeur général de la Santé. En Paca, 279 cas sont positifs, alors que se tient dimanche le 1er tour des élections municipales. 

Point presse Edouard Philippe du 14 mars 2020, la France passe au stade 3 de l'épidémie de Coronavirus.
Point presse Edouard Philippe du 14 mars 2020, la France passe au stade 3 de l'épidémie de Coronavirus. © Thomas SAMSON / AFP
Plus de 300 patients sont dans un état grave et se trouvent en réanimation, a ajouté Jérôme Salomon, précisant que plus de 50% d'entre eux sont âgés de moins de 60 ans.

"Ce soir, nous avons un doublement du nombre de cas en 72 heures", a-t-il insisté lors de son point de presse quotidien, une évolution, a-t-il dit, qui donne une idée de la rapidité avec laquelle le virus se propage en France.       

Le précédent bilan vendredi soir faisait état de 3.661 cas et 79 décès. 

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le nombre de cas a également sensiblement augmenté en 24 heures, passant à 279 cas, soit 68 cas de plus.

Dans les Bouches-du-Rhône, la centaine de cas a été dépassée, portant à 131 le nombre de personnes infectés. 

Les Français pas assez disciplinés face au virus

"Il n'y a à ce jour pas suffisamment de prise de conscience par les Françaises et les Français de l'importance de leur rôle face au virus. C'est urgent, c'est maintenant qu'il faut changer de comportement", a encore insisté Jérôme Salomon, dans la foulée des annonces du Premier ministre.

Face à un coronavirus de plus en plus virulent et des Français trop peu respectueux des mesures de sécurité, le gouvernement a décidé de fermer tous les lieux publics "non essentiels" à partir de samedi minuit, tout en maintenant les élections municipales.

"Nous avons vu trop de gens dans les cafés et les restaurants. Pour quelques semaines, ce n'est pas ce que nous devons faire", a exhorté le Premier ministre Edouard Philippe samedi. "Je le dis avec gravité nous devons tous ensemble montrer plus de discipline dans l'application de ces mesures".

Il a annoncé la fermeture de tous les "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays" : restaurants, bars, discothèques, cinémas. Les commerces sont aussi touchés, à l'exception des magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac ou encore stations-essence. Les lieux de culte resteront ouverts mais les cérémonies n'auront plus lieu.

Les élections municipales maintenues

Dans ce contexte, est-il bien raisonnable de maintenir la tenue des élections municipales dont le scrutin s'ouvre dimanche matin à 8h? Oui, maintient le gouvernement qui indique avoir "à nouveau sollicité le conseil scientifique (...) ils nous ont confirmé que le premier tour pouvait se dérouler demain".

Malgré tout, la situation inquiète et conduit certains élus à réclamer un report du scrutin.

Le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur et président de l'association des Régions de France, Renaud Muselier estime que "face aux faits, il devient raisonnable, cohérent et même nécessaire de reporter le scrutin", écrit-il sur Twitter. 

Dans une réponse adressée à un tweet du ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, invitant au respect des consignes sanitaires, Benoit Payan, candidat à la mairie de Marseille, s'inquiète que "45 millions de Français [soient appelés] à sortir de chez eux pour se rendre aux urnes...".

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse, demande "l'annulation du scrutin municipal parce qu'il est de mon devoir de protéger les Corses et pour que le suffrage universel puisse, une fois l'épidémie vaincue, s'exprimer dans des conditions normales".

Un taux record d'abstention en 2014

En 2014, lors des dernières municipales, le taux d'abstention avait atteint un record sous la Ve République avec 36,45% au premier tour et 37,87% au second tour. 

A Marseille, le militant associatif Jean-Paul Kopp estime qu'il y a un "risque d'abstention record et de fraudes massives dues à la défection de dernière minute de nombreux assesseurs". Même interrogation pour la généticienne et conseillère municipale PS de Marseille Annie Levy-Mozziconacci : "Comment envoyer des personnes tenir des bureaux de vote dans des salles de classe confiner à en plein stade 3."

Dimanche, il est notamment recommandé aux électeurs de ramener leur propre stylo d'encre bleue ou noire indélébile pour émarger sur la liste électorale. Ils sont par ailleurs autorisés à utiliser un des bulletins de vote reçus par courrier.

Parmi les mesures dévoilées figure aussi "un nettoyage particulièrement attentif des bureaux de vote avant et après chaque tour de scrutin". Un point d'eau devra être prévu dans chaque bureau de vote ou à défaut du gel hydro-alcoolique devra être mis à disposition.

Chaque bureau de vote devra par ailleurs être aménagé de telle manière qu'il évite les situations de "promiscuité prolongée". L'objectif est qu'à chaque étape de son parcours, l'électeur devra pouvoir être maintenu à une distance suffisante d'environ un mètre des autres personnes présentes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société