Coronavirus : la maison “Pain de Sucre” arrête les maillots de bain et fabrique des masques anti-projections

Les masques en tissu "Pain de Sucre" sont anti-projections et réutilisables. / © Maison "Pain de Sucre"
Les masques en tissu "Pain de Sucre" sont anti-projections et réutilisables. / © Maison "Pain de Sucre"

Les ateliers de la maison "Pain de Sucre", qui confectionne traditionnellement des maillots de bain sont à l'arrêt depuis le confinement. Pour contribuer à l'urgence sanitaire, la société a lancé une production de masques anti-projections, en faveur des personnes les plus exposées.

Par Ludovic Moreau

Depuis le confinement, les ateliers de couture de la maison "Pain de Sucre" à Marseille, sont à l'arrêt. Pour contribuer à l'effort national et à l'urgence actuelle, la société qui fabrique habituellement des maillots de bain de luxe, s'est lancée dans la création et la production de masques en tissu anti-projections.

Ces masques (de luxe) sont destinés en priorité aux personnes les plus exposées.

"Nous avons distribué plus de 8.000 masques aux sapeurs-pompiers, police municipale, CRS, infirmières et personnels de résidences pour patients poly-handicapés", indique Bernard Evans, co-fondateur de la société "Pain de Sucre".

"Hier, des pompiers nous ont appelé pour avoir des masques, ont les a préparé et ils sont venus les chercher en fin d'après-midi".
Coronavirus : Pain de Sucre contre le Covid-19

Bien connue pour ces maillots de bain, cette société marseillaise s'est lancée dans la confection des masques anti-projections, donnés à tous ceux qui en ont besoin. Démonstration 😷 Une belle histoire solidaire à lire ici 👉 https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/coron...

Publiée par France 3 Provence-Alpes sur Jeudi 2 avril 2020

Un masque sans couture

Faute d'atelier et de personnel, les masques sont confectionnés sans couture. "Grâce à notre savoir, nos stylistes et nos concepteurs ont mis au point un masque sans couture réalisé entièrement par une machine à découpe", explique Bernard Evans.

Il ajoute que les croquis et patrons de ces masques sont offerts et seront disponibles sur internet pour que chacun puisse le confectionner à la maison.

Un masque en Lycra réutilisable

Le masque est conçu d'une double épaisseur en tissu microfibre élastique extrêmement fin, composé de 71 % polyamide et 29 % élasthanne. Lavable en machine à 30 ou 40°C ou au savon et à l'eau, ce masque à la propriété de sécher très rapidement.

"Pour être efficace, il ne faut pas d'humidité, il faut changer de masque toutes les deux ou trois heures", prévient Bernard Evans. Deux à cinq masques par jour sont nécessaires pour être protégés et "dès que le masque présente des signes d'humidité, il doit être changé".

L'humidité stagnante dans le masque augmente le risque de contamination.

Un masque barrière anti-projections

Attention, "il s'agit d'un masque anti-projections et ne peut en aucun cas être considéré comme une protection anti-virale", prévient le co-fondateur de la maison "Pain de Sucre", ce n'est pas un masque filtrant de type FFP2.

Le masque a été testé par un groupe de médecins, assure-t-il, "il a été validé comme masque barrière et non comme protection contre le virus".

"Ces masques en tissu permettent aux personnes qui les portent d'être certaines qu'elles ne pourront contaminer personne par projection de leurs postillons si elles sont porteuses asymptomatiques du virus", indique Bernard Evans.

Le fabricant conseille de placer une couche supplémentaire de protection entre les deux couches de tissu. Cette couche peut être un carré de molleton synthétique, ou simplement un mouchoir en papier jetable.

Pour le personnel soignant qui doit faire face à une pénurie de masque, le masque en tissu peut être superposé à un masque chirurgicale pour prolonger l'efficacité.

Depuis le lancement de la fabrication de masques, près de 20.000 ont été confectionnés. Le stock de tissu permet d'en fabriquer environ 100.000, mais après, l'entreprise se dit prête à continuer, à condition d'avoir la matière première.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus