Coronavirus : des tests de dépistage en drive en Paca

Illustriation : Le test du dépistage par le drive n'est pas réalisé partout de la même manière. / © Loic VENANCE / AFP
Illustriation : Le test du dépistage par le drive n'est pas réalisé partout de la même manière. / © Loic VENANCE / AFP

Des laboratoires médicaux ont mis en place des drive pour dépister les personnels soignants du coronavirus. Les patients présentant des symptômes du virus peuvent également effectuer le test. Les prélèvements se font sans sortir de sa voiture.

Par Jean Poustis

Depuis dix jours dans le Vaucluse, les voitures s'enchaînent aux abords des laboratoires Tétrabio de Cavaillon et du Coustellet.

Ce jeudi, près de 30 personnes, travaillant dans le milieu médical ou non, sont venues se faire dépister du coronavirus Covid-19, directement derrière le volant de leur voiture.

"Cela monte en puissance, chaque jour nous avons plus de monde. Les gens commencent à savoir que nous effectuons ce genre de test", explique le docteur Frédéric Cotdeloup, président et biologiste de Tétrabio.

Combinaison intégrale, petit chariot pour le matériel sur le bord du trottoir, le prélèvement ne prend que quelques instants. 
Sur les deux sites à chaque fois la même routine au drive, l'un des deux salariés du laboratoire, présent sur la zone du test au Covid-19, effectue un prélèvement nasopharyngé en cinq minutes. 

"Nous enfonçons la tige à l'horizontal, c'est-à-dire à 90 degrés, jusqu'à la butée et nous restons 5 secondes pour chaque narine. C'est assez douloureux et surtout c'est primordial car je vois de nombreux tests, notamment à la télévision, réalisés rapidement à 45 degrés. Ceux ne sont pas des tests efficaces", explique Frédéric Cotdeloup.

Une préparation minutieuse par téléphone

Avant le test, les biologistes du laboratoire réalisent une enquête par téléphone. Chaque patient doit être en accord avec les consignes de l'agence régionale de santé (ARS) de Paca pour accéder au dépistage.

Pour le public, une prescription médicale est obligatoire et une fiche de renseignement avec les symptômes de la personne, notamment, doit être remplie.

"Cette préparation permet quand ils arrivent de nous concentrer que sur le dépistage et rien d'autres. Tout a été fait en amont, ils viennent et repartent rapidement", détaille le biologiste.

​​​​9% des patients positifs

Après le prélèvement, les personnes testées connaissent leur résultat entre 24 et 48 heures. Les patients négatifs sont alertés par sms. Les patients positifs sont joints par les biologistes.

"Nous leur donnons des conseils, puis ils sont contactés par leur médecin traitant pour d'autres prescriptions", indique Frédéric Cotdeloup.

En dix jours sur le drive, 9% des "conducteurs" ont été testés positifs.

Une pratique répandue en Paca

Dans la région, d'autres laboratoires ont opté pour le drive. En Vaucluse, c'est le cas de Bioaxiome à Avignon ou Bio-Santis à Entraigues-sur-la-Sorgue.
Ce dernier a mis en place un questionnaire sur son site internet permettant d’identifier les personnes éligibles en fonction des signes cliniques et des antécédents.

Depuis ce lundi 30 mars, quelque 250 demandes ont été faites. Une cinquantaine de personnes, éligibles, ont passé le test.

À Marseille, les soignants peuvent se faire tester tous les matins dans le 8e arrondissement.

Un soutien municipal à Bollène

Enfn, le laboratoire Biomédival de Bollène (Vaucluse) propose également un dépistage par drive.

Afin de pouvoir entreposer son matériel, la ville a mis à disposition un chalet du marché de Noël, installé depuis le mardi 31 mars sur le parking du laboratoire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus