Coronavirus : dans les laboratoires privés, les patients à risque peuvent faire un test de dépistage sur ordonnance

Depuis quelques jours, les laboratoires d'analyse privés pratiquent des tests de dépistage du Covid-19, mais suivant un protocole bien précis : seules les personnes présentant des symptômes ET considérées à risque, peuvent prendre rendez-vous, munies d'une ordonnance.

Le 8 mars dernier, un décret autorisait les laboratoires privés français à pratiquer des tests de dépistage du Covid-19. Faute de moyens, de protection, de prise en charge des patients, il aura fallu plusieurs jours avant que les tests ne se pratiquent en ville.

C'est le cas des laboratoires LaboSud Provence, à Marseille et Aubagne. Depuis le 19 mars, ils ont dédié trois sites au dépistage. Mais attention, il ne suffit pas d'avoir de la fièvre ou d'être simplement inquiet pour bénéficier du test.

"L'Agence Régionale de Santé nous a adressé un protocole bien précis et des cas stricts. Ne vous présentez pas, ou n'appelez pas au laboratoire pour rien, cela pourrait nous faire perdre beaucoup de temps" insiste Laurent Roussel, biologiste pour LaboSud.

Qui peut être dépisté ?

Avant toute chose, il faut présenter des symptômes de la présence du virus (fièvre et toux), sans signe de gravité clinique.

Les personnes asymptomatiques ne seront en aucun cas testées

précise Laurent Roussel.

En cas de symptômes, seuls les professionnels de santé, les femmes enceintes, les personnes vivant en collectivité (Ehpad...) et les personnes considérées à risques peuvent prendre rendez-vous.

Sur prescription du médecin traitant

Les facteurs de risques sont établis selon une liste bien précise par l'ARS :
  • Âge supérieur à 70 ans;
  • Antécédents cardiovasculaires graves;
  • Diabète compliqué;
  • Insuffisance respiratoire;
  • Insuffisance rénale dyalisée;
  • Cancer sous traitement;
  • Cirrhose stade B;
  • Obésité morbide (IMC supérieur à 40).

Si ces conditions sont réunies, vous pourrez alors, après consultation de votre médecin traitant et sur ordonnance, prendre rendez-vous dans l'un des laboratoires habilités à pratiquer les dépistages du Covid-19.

Un dépistage à l'extérieur des locaux

Afin de respecter les mesures de sécurité, pour protéger à la fois le patient et le personnel des laboratoires d'analyse, les dépistages s'effectuent à l'extérieur des locaux.

A Aubagne, sur le site du Charrel de Labosud, une tente a été installée en extérieur. Le laborantin peut alors pratiquer le prélèvement, en toute sécurité. C'est la mairie d'Aubagne qui a fourni la tente pour équiper le laboratoire.En ville, comme à Marseille, les tests se font dans la rue. Certains patients n'ont même pas à sortir de leur véhicule. 

Et pour les autres : #restezchezvous 

Si vous présentez des symptômes comme de la fièvre et de la toux, mais que vous ne correspondez pas aux critères de dépistage, l'ARS recommande très fortement de rester confiné 14 jours avec prise de paracétamol et respect des mesures barrières. Un patient est considéré guéri 48 heures après la disparition des symptômes.

Et si vous ne présentez aucun symptôme, restez chez vous !

En cas de résultat positif au Covid-19, le patient en est informé, c'est alors le médecin traitant qui décidera de sa prise en charge.

"Nous ne faisons pas de déclaration, ce qui signifie que les chiffres officiels sur le nombre de contaminations sont erronés," précise le biologiste de Labosud.

Deux à trois jours de tests en stock

Le dépistage consiste en un écouvillonnage, c'est-à-dire un prélèvement de muqueuse dans la gorge ou le nez, que l'on plonge dans un liquide réactif, lequel détecte la présence du virus. Jusqu'à présent, seuls les laboratoires hospitaliers détenaient les coffrets de tests. 

Aujourd'hui, si certains laboratoires d'analyse sont équipés, ce n'est qu'en faible quantité. Pour le biologiste Laurent Roussel, "si nous ne sommes pas réapprovisionnés, on pourra encore tenir deux ou trois jours".

Car le groupe LaboSud Provence pratique en moyenne une centaine de tests par jour depuis jeudi dernier (une trentaine pour chacun des trois sites).

"L'idéal serait que le gouvernement autorise ce que fait le professeur Raoult à l'IHU de manière encadrée. Si tout le monde se faisait dépister, on connaîtrait les personnes asymptomatiques et susceptibles de contaminer leur entourage".

Une demande qui ne fait que grandir auprès de la population, au fur et à mesure que l'épidémie de coronavirus avance. En témoignent les longues heures d'attente devant l'IHU-Méditerranée.
 
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité