Déconfinement : pas de rentrée scolaire le 11 mai pour de nombreux maires en Paca

Illustration : certaines élèves ne retrouveront pas leur salle de classe le 11 mai. / © Jean-Luc Flémal / MAXPPP
Illustration : certaines élèves ne retrouveront pas leur salle de classe le 11 mai. / © Jean-Luc Flémal / MAXPPP

Alors que les élèves doivent retourner progressivement sur les bancs de l'école à partir du 11 mai, en Paca des maires font le choix de ne pas les rouvrir. Pour ces élus, "les conditions de sécurité et sanitaire ne sont pas remplies". Certains proposent de reporter la rentrée à septembre.

Par Jean Poustis, Manon Hamiot

Le portail du groupe scolaire Roger Delagnes des Saintes-Maries-de-la Mer (Bouches-du-Rhône) restera fermé lundi 11 mai. Ses 180 élèves n'ont plus mis les pieds dans leur salle de classe depuis le vendredi 13 mars. Ils devront poursuivre leur année à distance, tel est le choix du maire de la commune Roland Chassain.

"Les conditions de sécurité et sanitaire pour nos enfants ne sont pas remplies. La reprise de l'école n'est pas compatible avec le principe de précaution", indique le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer.


Avant de prendre sa décision, l'élu de la 3e plus grande commune de France en superficie a écouté ses administrés et le personnel du groupe scolaire. La problèmatique du ramassage scolaire dans les hameaux était au coeur des discussions.

"On doit aller chercher les enfants et les ramener avec les cars, alors se pose la problématique de la désinfection. Sur cette réouverture, j'ai eu des retours de près de 300 personnes et de la douzaine d'employés de l'école qui sont d'accord avec moi.Ce n'était pas possible", explique Roland Chassain. 

Lavage de mains à répétition, port du masque...

Un protocole sanitaire très strict doit encadrer la réouverture des écoles : lavage de mains à répétition, bureaux espacés d'au moins un mètre, désinfection des locaux, problèmatique de la restauration scolaire, port du masque obligatoire ou conseillé selon les circonstances...Un vrai casse-tête pour les communes chargées de préparer cette rentrée à hauts risques.

"Ces décisions me paraissent totalement inapplicables dans notre groupe scolaire", affirme Roland Chassain.

Et si à Marseille, "tout est prêt dans les écoles", selon son maire Jean-Claude Gaudin, c'est loin d'être le cas dans de nombreuses communes comme Montauroux (Var) ou encore Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône). Leurs maires ont aussi proposé de reporter la rentrée.

A Montauroux, pas d'école maternelle jusqu'au 31 mai

Le maire, Jean-Yves Huet, également médecin, a annoncé que les écoles maternelles ne rouvriront pas le 11 mai.

"Puisqu’il nous semble impossible de faire comprendre et respecter les gestes barrières et la distanciation physique aux enfants de moins de six ans ; puisque l’essence même de l’école est l’apprentissage de la collectivité et du vivre ensemble depuis le plus jeune âge ; puisque nous souhaitons préserver les petits de l’incompréhension et du stress de telles mesures nous avons décidé de maintenir les classes de maternelles fermées jusqu’au 31 mai", a-t-il déclaré.

"Evidemment, mon jugement de médecin entre en compte, honnêtement si on veut respecter à 100% les précaunisations sanitaires, il ne faut pas ouvrir du tout les écoles !", détaille Jean-Yves Huet.
 

Le maire de la commune de l'est Var explique avoir essayé de trouver "un juste milieu". "On a estimé qu'il serait plus facile de faire comprendre aux enfants de plus de six ans les gestes barrières."

La date du 31 mai reste provisoire. "On attend les futures préconisations de l'Académie et du gouvernement, on avisera à ce moment là", explique le maire de Montauroux. 

Un service de garderie sera mis en place sur présentation d'un justificatif de travail. 

A Saorge et Fontan, écoles fermées

Les écoles du RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) resteront fermées lundi prochain. 

Dans un communiqué, Brigitte Bresc et Philippe Oudot, maires de Saorge et Fontan dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes) ont expliqué leur incompréhension.

"Il est demandé aux parents de choisir de mettre ou non leurs enfants à l’école : l’école devient donc facultative. S’il n’y avait aucun risque, il me semble que l’école serait obligatoire…"

Puis ils ont donné leur décision :"Après concertation avec les directrices des écoles de Fontan et de Saorge, nous avons décidé, le Maire de Fontan et moi-même de ne pas rouvrir l’école du RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) avant septembre".

 

A Fréjus et Saint-Raphaël, les écoles ne rouvriront pas


Le maire de Fréjus dans le Var, David Rachline (RN) a également annoncé sur sa page Facebook ce jeudi 30 avril que les écoles de la ville resteront fermées jusqu'à la fin de l'année scolaire.

"Cette mesure m’apparaît la plus à même de préserver au mieux la santé de tous", a-t-il écrit.

Toutes les informations sur la fermeture des écoles à Fréjus à retrouver ici : 
 

 

A Saint-Raphaël, le maire Frédéric Masquelier déclare le mardi 5 mai : "A ce jour, il apparaît très clairement que la réouverture des écoles n’est pas possible pour la date du 12 mai du fait de directives contradictoires et imprécises du gouvernement."

 


Reprise progressive à Grasse

Le maire de Grasse, Jérôme Viaud a annoncé ce mardi 5 mai une reprise progressive : "il a été décidé à l’issue (...) de décaler la reprise des écoles au lundi 18 mai afin de prendre le temps nécessaire à la finalisation d’un protocole concerté et sécurisé". 

"Le principe d’une rentrée progressive a été unanimement acté, permettant aux directeurs et aux enseignants d’accueillir les enfants dans un climat plus serein" détaille Jérôme Viaud.

Dans le détail :

- lundi 18 mai : accueil des élèves de Grande Section/ Cours Préparatoire/ CM2
- lundi 25 mai : rentrée des élèves de CE1/CE2/CM1
- mardi 2 juin : rentrée des élèves de Petite Section et Moyenne Section

 


Port-de-Bouc : "quand nous serons prêts, nous rouvrirons"

A Port-de-Bouc, cité éducative, les écoles resteront également fermées jusqu'à nouvel ordre.

"On doit rouvrir comme ça en peu de temps, sans réel moyen. Autant la première préoccupation est la sécurité et la santé de nos habitants. Mais nous ici, nous devons nous adapter à notre public, prendre en compte la situation post-traumatique après la crise", détaille le maire Patricia Pédinielli.

"Nous ne pouvons pas tout recommencer comme si de rien était en donnant des ordres négatifs, comme de ne pas se toucher et contre-productifs par rapport à ceux que nous faisons généralement" - Patricia Pédinielli.

 
Dans la commune, de nombreux acteurs travaillent ensemble des élus, aux travailleurs sociaux en passant par les entreprises pour permettre aux jeunes des quartiers de ne pas décrocher au niveau scolaire et d'avoir le meilleur parcours possible.

"A partir du 11 mai, nous allons essayer de nous réunir, d'échanger pour permettre à terme de créer les conditions d'un retour. Nous devons prendre en compte la question éthique, le sens qu'on donne au retour, avoir un projet d'accueil. Ici les enfants doivent manipuler, réfléchir ensemble. Leurs façons d'apprendre ne sont pas du tout adaptés à la façon dont nous devons reprendre", poursuit le maire de Port-de-Bouc.

Dans la commune, la situation sera réfléchit "au jour le jour. Et quand nous serons prêts, nous rouvrirons".

Inquiètudes autour de leur responsabilité pénale

Les élus sont aussi inquiets sur leur responsabilité pénale si la sortie du confinement devait mal se passer.

"Un problème juridique se pose. Qui est-ce qui est responsable en cas de problème ? C'est le maire. Alors ce choix pour de nombreuses raisons est totalement assumé", rapporte le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, Roland Chassain.

Si un cas de contamination d'un élève au Covid-19 au motif, par exemple, d'avoir mal fait désinfecter une salle de classe été avéré alors le maire serait susceptible d'être poursuivi pénalement. Ce sujet a entraîne lundi 2 mai de vifs échanges au Parlement.

Pas de personnel municipal, à Villeneuve-Loubet

Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes, le maire Lionnel Luca avait annoncé la couleur depuis le 21 avril dernier.

"Je le dis très solennellement dès ce soir : la municipalité de Villeneuve Loubet ne mettra aucun des enfants qui lui sont confiés dans ses locaux en situation de risque sanitaire et bien sûr ses agents municipaux....dans le cadre habituel d'avant l'épidémie" - Lionnel Luca.

 Il a finalement changé d'avis, les CP et CM2 pourront être acceuillis. 
  

Un courrier au ministre de l'Education nationale

Le maire de Cannes, David Lisnard a de son côté adressé un courrier à Jean-Michel Blanquer le 16 avril dernier, ministre de l'Éducation nationale.

Il lui demande "des décisions cohérentes, fiables et des garanties de protection de la santé des enfants, des familles, des enseignants et de tous ceux qui travaillent dans les établissements scolaires." 
 
Courrier de David Lisnard au ministre de l'Education nationale

Ce courrier a été signé par le maire de Villeneuve-Loubet, Lionnel Luca, mais aussi les maires de la Communauté d'Agglomération Cannes Pays de Lérins, Grasse et les communes de la Communauté d'Agglomération des Pays de Grasse autour de Jérôme Viaud, le maire de Nice Christian Estrosi, Michelle Salucki (Vallauris), Jean-Marc Fonseca (Rigaud) et la mairie d'Aiglun. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus