Procès pour corruption de la Tour Odéon:relaxe pour le maire ou prison avec sursis pour les prévenus

Procès pour corruption de la Tour Odéon : Relaxe pour le maire de Beausoleil / © France 3 Jacques Thérence
Procès pour corruption de la Tour Odéon : Relaxe pour le maire de Beausoleil / © France 3 Jacques Thérence

Le Tribunal correctionnel de Marseille a rendu ce mercredi son délibéré dans le procès pour corruption, blanchiment et fraude sur la Côte d'Azur et Monaco. Parmi les prévenus, le maire de Beausoleil, des promoteurs de la tour Odéon de Monaco, Claudio et Paolo Marzocco. Un condamné, Lino Alberti.

Par @annelehars

Le jugement est tombé ce mercredi matin :
  • Lino Alberti est lui aussi relaxé dans le volet relatif à la Tour Odéon mais condamné à 3 ans avec sursis et 100.000 euros d'amende pour "blanchiment et abus de bien social". Le tribunal ordonne aussi la restittution de 60.000 euros déjà saisis.
  • Gérard Spinelli, maire de Beausoleil est relaxé.
  • Lucette Vestri est condamnée à 3 ans de prison avec sursis.
  • Les frères Paolo et Claudio Marzocco, promoteurs de la tour Odéon sont eux relaxés.
Reportage à l'issue de l'audience ce mercredi midi :
Promoteurs et élu relaxés dans le dossier de la tour Odéon à Monaco
Soupçonnés de corruption autour de la construction du plus haut gratte-ciel de Monaco, les promoteurs de la tour Odéon ainsi que le maire de Beausoleil (Alpes-Maritimes) ont été relaxés mercredi par le tribunal correctionnel de Marseille. - FELIX Emmanuel, THERENCE JACQUES et GROSS Johann
Le tribunal n'a pas suivi l'accusation qui leur reprochait une "corruption active et passive", suspectant les deux frères italiens, résidents monégasques, d'avoir corrompu M. Spinelli pour faciliter leurs affaires. La commune de Beausoleil, limitrophe de Monaco, accueillait une partie du chantier de construction.

Le procès pour corruption, fraudes et blanchiment d'élus, hommes d'affaires et promoteurs de la Côte d'Azur et de Monaco, dont un des volets concerne la construction de la plus haute tour de Monaco, s'est tenu en novembre dernier au tribunal correctionnel de Marseille.

Rappel des faits :

Délibéré dans le procès pour corruption de la Tour Odéon ce mercredi
Le Tribunal correctionnel de Marseille rendra ce mercredi son délibéré dans le procès pour corruption, blanchiment et fraude sur la Côte d'Azur et Monaco.11 prévenus dont des élus Gérard Spinelli, maire (DVD) de Beausoleil, et les promoteurs de la tour Odéon de Monaco, Claudio et Paolo Marzocco. Rappel des faits  - NICOLAS Hugues, JUVIGNY Jimmy et Jérome SALLIER

11 prévenus


Parmis les 11 prévenus poursuivis pour "pour corruption, blanchiment et fraude", figurent le maire DVD de Beausoleil, commune voisine de Monaco, Gérard Spinelli, ainsi que la veuve, une fille et le gendre de l'ancien sénateur-maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, René Vestri, mort en février 2013. A leurs côtés, des entrepreneurs en bâtiment et des hommes d'affaires de la Côte d'Azur et de Monaco.


La figure du procès : Lino Alberti


Figure centrale du procès, Ange-Roméo, dit "Lino" Alberti, un self-made-man de 71 ans, lui aussi relaxé dans le volet relatif à la Tour Odéon, a été condamné à 3 ans de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende pour blanchiment d'abus de biens sociaux et fraude fiscale. 
Costume brun impeccable, cravate kaki, boutons de manchette, M. Alberti s'est montré à l'aise mercredi devant le tribunal, saluant chaleureusement une greffière, avant l'audience.
Le tribunal a reconnu l'implication de cet homme aux relations multiples -élus, milieux d'affaires, entrepreneurs en bâtiment, mais aussi mafieux ou membres présumés du grand banditisme-, dans le détournement des profits d'une plage privée à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Cinq ans de prison dont deux avec sursis et un million d'euros d'amende avaient été requis le lundi 5 décembre 2016 contre Ange-Roméo dit "Lino" Alberti, principal prévenu, du procès devant le tribunal correctionnel de Marseille
► Relire l'article : "Tour Odéon : 5 ans de prison ferme requise contre Lino Alberti".

 

Gérard Spinelli à la sortie de l'audience ce mercredi. / © France 3 Côte d'Azur
Gérard Spinelli à la sortie de l'audience ce mercredi. / © France 3 Côte d'Azur


Gérard Spinelli et les promoteurs


Ce même 5 décembre, le parquet avait requis trois ans de prison avec sursis et trois ans d'inégibilité à l'encontre de Gérard Spinelli, maire de Beausoleil et deux ans de prison avec sursis contre les frères Paolo et Claudio Marzocco, promoteurs de la tour Odéon
► Relire l'article : "Tour Odéon à Monaco: prison avec sursis requise contre Gérard Spinelli et les promoteurs".

Les proches de Réné Vestri 


Pour ce volet de l'affaire, trois membres de la famille de l'ancien sénateur-maire (UMP, l'ancien nom des Républicains) de cette commune balnéaire de la Riviera, Jean Vestri, décédé en 2013, ont été condamnés et ont vu certains de leurs comptes saisis.

Sa fille Olivia Vestri et son gendre Raffaele Vanacore, ont été reconnus coupables d'abus de biens sociaux et fraude fiscale. Gérants de la plage privée qui leur avait été concédée par la mairie, ils en ont détourné et soustrait au fisc les juteux revenus. Ils ont été condamnés respectivement à trois et deux ans de prison avec sursis.

Les fonds ont notamment été cachés sur des comptes en Suisse, ouverts au nom de sociétés fondées dans les Îles Vierges britanniques. La veuve du sénateur-maire, Lucette Vestri, a quant à elle été condamnée à 3 ans de prison avec sursis pour blanchiment.

Enfin, une peine d'un an de prison avec sursis et de 50.000 euros d'amende a été prononcée à l'encontre d'un autre homme d'affaires, Christophe Marty, poursuivi notamment pour fraude fiscale dans le cadre du chantier du Grand Hôtel du Cap-Ferrat.


Réaction de Gérard Spinelli Maire de Beausoleil - Vice-Président de la Communauté de la Riviera Française :

« Cela fait 7 ans et deux mois que j'attends cette décision de justice. Aujourd'hui la justice a acté, ce que je n'ai cessé de dire et qui était une évidence, dans cette non affaire.
La justice vient de reconnaître la vérité. Je n'avais rien à faire dans ce dossier, dès lors que je ne pouvais y jouer aucun rôle. Il ne concernait ni l'homme, ni encore moins le Maire.

Qui pouvait croire que le Maire d'une commune française, fusse-t-elle avoisinante comme l'est la ville de Beausoleil, puisse avoir une quelconque marge d'action, d'influence sur un projet réalisé sur le territoire de la Principauté de Monaco, Etat Souverain. En matière de droit international, Monaco n'a qu'un interlocuteur possible : l'Etat Français, pour ses relations transfrontalières.

Dans cette épreuve, je n'ai jamais douté que justice me soit rendue. Cette certitude m'a permis d'endurer le plus difficile : une incarcération, mon honneur systématiquement vilipendé et étalé à la une des journaux sans oublier le regard du doute qui pèse toujours sur vous. Aujourd'hui la justice est passée.

J'espère que les médias mettront autant d'énergie à rétablir la vérité dans leur devoir d’informer les citoyens, comme ils l'ont fait à accrocher leurs lecteurs à une histoire qui n'était pas la mienne, bien loin de la réalité du quotidien d'un Maire.

Les journalistes ont tendance a posé un regard déformé, pleins de  préjugés sur l’intégrité de ses élus. A s'emballer, dès lors qu'il y a les mots Côte d'Azur, promoteurs et par chance, à quelques mètres à peine, un élu de la République, Maire d'une commune mitoyenne.
Un élu qui plus est, libre de tous encartages politiques, connu pour ses combats et ses engagements. Durant sept ans, chacun n’a pu se faire sa propre opinion qu'au travers de la seule présentation médiatique du dossier. C'est terrible pour qui détient la vérité !

Puisque désormais,  j'ai retrouvé ma pleine liberté de paroles sur ce dossier qui, durant sept ans, a miné ma vie d'homme et aurait pu entacher la fierté de mon engagement d'élu pour ma ville et notre territoire, je voudrais saisir ce moment pour exprimer ma plus profonde reconnaissance aux Beausolleillois pour la confiance, le soutien qu'ils ont toujours continué à manifester au Maire et à la discrétion, au respect de la personne que le Conseil municipal y compris les membres de l'opposition, mais aussi les élus du de la Communauté d'Agglomération, m'ont à juste titre toujours accordé.

La vérité est parfois longue à être rétablie. La sincérité de  mon engagement est indéniablement. C’est cette force qui m'a porté durant cette épreuve."

A lire aussi

Sur le même sujet

Un nouveau lieu de culte musulman va être construit à Nice

Les + Lus