Deux papas du Var font Saint Malo-Nice à vélo pour leurs fils emportés par le cancer et pour tous les enfants malades

Frédéric Colomb et Mickaël Chanoyan, sont les papas respectivement de Pierre et Léo. Deux jeunes emportés par le cancer. Pour leur rendre hommage, ils se sont lancé un défi : traverser la France à vélo et faire des haltes dans les centres hospitaliers sur le parcours.

Depuis le 22 mai jusqu'au 10 juin, Frédéric et Mickaël roulent pour aller à la rencontre des enfants malades et des soignants.
Depuis le 22 mai jusqu'au 10 juin, Frédéric et Mickaël roulent pour aller à la rencontre des enfants malades et des soignants. © Association Léo

22 mai, le grand jour. Frédéric Colomb et Mickaël Chanoyan sont partis de Saint-Malo accompagnés sur les premiers kilomètres par Olivier leur hébergeur. Ils pédaleront sur 75 km jusqu'à Rennes, puis direction La Chevallerais... et ainsi de suite jusqu'à Nice ! 

Car c'est un vrai challenge que se sont lancé ces deux amis varois : 20 jours, 1.350 Km à vélo de Saint-Malo à Nice.

Mais ces deux cyclistes motivés ne relèvent pas ce défi par simple goût du sport. Ils sont tous les deux les papas de Pierre et Léo, deux jeunes emportés par le cancer. "Nos deux familles ont fait connaissance lors des soins de nos fils à Nice", se souvient Delphine Chanoyan la mère de Léo, décédé à l'âge de 15 ans d'un sarcome, cette forme rare de cancer des tissus mous, des os et des cartilages. "Nous vivions la même chose, les traitements se sont faits ensemble. Fred et Mickaël avaient promis aux garçons de faire cette traversée à vélo ensemble. Ils tiennent leur promesse, mais la font avec nos deux anges à leurs côtés."

Frédéric Colomb et Mickaël Chanoyan, sont les papas respectivement de Pierre et Léo. Deux jeunes emportés par le cancer.
Frédéric Colomb et Mickaël Chanoyan, sont les papas respectivement de Pierre et Léo. Deux jeunes emportés par le cancer. © Association Léo

Des jeunes qui avaient la même devise "Ne jamais rien lâcher" ou "Never give up" en anglais. Devise que leurs parents font aussi leur. Eux qui étaient "dans le combat et la lutte" à leurs côtés, ont connu les "manques d'aide, la recherche qui devient une évidence quand on vous dit qu'il n'y a plus de traitement possible pour Léo".

Il y a plusieurs objectifs dans nos missions : financer la recherche et la lutte contre les cancers pédiatriques et la leucémie, aider et accompagner moralement et si besoin financièrement les familles des enfants malades et aussi améliorer l'accompagnement de ces jeunes et des familles en milieu hospitalier. Nous savons ce que ces familles traversent.

Delphine Chanoyan, présidente de l'association Léo.

Pour rendre hommage à leurs fils, leur traversée de France se fait avec des étapes bien spécifiques : ils passent par les services d’Oncologie Pédiatrique des CHU de Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille et Nice. "5 CHU où nous donnons nos petites peluches réconfortantes," souligne Delphine qui assure le suivi des papas sur les réseaux sociaux :

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Association Leo (@association_leo)

Solidarité, effort et partage

Une peluche, des mots et un livre aussi. Le jeune Pierre et son père avaient chacun de leur côté rédigé un journal intime de leur parcours durant les traitements. Deux regards croisés, deux témoignages forts qui sont aujourd'hui édités et vendus pour financer les actions de l'association Léo. Des initiatives que l'auteur des textes de Nicolas Canteloup, Philippe Caverivière soutient.

Frédéric et Mickaël partagent leur énergie, ils donnent et reçoivent beaucoup depuis le départ.

Delphine Chanoyan.

Mais pour l'heure, c'est en vidéo qu'ils nous répondent et font le point : "au CHU de Nantes, on a rencontré des Lionnes, deux belles personnes".

La devise de Léo ? Ne jamais rien lâcher

Pour aider ses bénévoles, il est possible de les rejoindre sur le parcours et les encourager ou faire quelques kilomètres avec eux. Leur parcours est à suivre sur leur page Facebook mais aussi Instagram. Durant ce voyage, les deux cyclistes sont hébergés gratuitement par des bénévoles. 

Le duo doit arriver à Nice le 10 juin prochain.
Le duo doit arriver à Nice le 10 juin prochain. © Association Léo

Ils doivent arriver à Nice le 10 juin prochain et se rendre à l'hôpital L'Archet, là où les deux familles se sont rencontrées pour la première fois, le jour où il leur a été annoncé à chacune la maladie de Pierre et de Léo.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport cancer santé société solidarité