Covid dans les Bouches-du-Rhône et le Var, ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Le nombre de cas de Covid-19 est reparti à la hausse ces derniers jours. Jean Castex a annoncé un renforcement de la surveillance épidémiologique dans certains départements dont les Bouches-du-Rhône et le Var.

Le Premier ministre Jean Castex tiendra jeudi 25 février une nouvelle conférence de presse sur la situation sanitaire en France.
Le Premier ministre Jean Castex tiendra jeudi 25 février une nouvelle conférence de presse sur la situation sanitaire en France. © Ludovic MARIN / AFP

Après Nice et Dunkerque, reconfinés le week-end pour contrer la flambée de Covid-19, le gouvernement s'est penché sur une dizaine de départements qu'il juge "préoccupants", dans une crise sans fin où la vaccination semble le seul espoir.

Le Premier ministre Jean Castex a pris à ce titre la parole en fin d'après-midi ce jeudi.

"La situation épidémiologique et hospitalière dans d’autres agglomérations ou départements suscite une vigilance maximale car ces territoires cumulent des indicateurs défavorables", a détaillé Jean Castex évoquant un niveau d’incidence élevé, une  part de variant supérieur à 50 %, une pression hospitalière proche du seuil critique et, enfin, une circulation virale qui commence à s’accélérer sérieusement.

Parmi les départements pointés du doigt figurent les Bouches-du-Rhône et le Var. 

"Nous plaçons donc ces départements en surveillance renforcée. J’ai demandé aux préfets des départements concernés d’engager des concertations avec les élus en vue d’inviter sans attendre tous les habitants à la plus grande vigilance et d’envisager, dans tout ou partie de ces territoires, des mesures de freinage proches de celles mises en place à Nice et Dunkerque", a déclaré Jean Castex.

Un point sera fait la semaine prochaine. Si la situation continue de se dégrader, "nous prendrons des mesures renforcées qui entreront en vigueur à compter du week-end du 6 mars", a-t-il encore averti.

Outre les Alpes-Maritimes et le Nord, onze départements métropolitains connaissent un taux d'incidence supérieur à 250 cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers
jours, au-dessus du seuil d'alerte maximale défini par le gouvernement.

C'est donc le cas dans les Bouches-du-Rhône et le Var pour le sud-est, des régions confrontées à des proportions plus importantes de variants britannique, sud-africain ou brésilien du virus.

Au niveau régional, l'ARS Paca indique mercredi que le taux de positivité est stable depuis le début de l'année (7,5 %), mais au-dessus du taux national (6,5 %). C'est surtout dans le Var où il augmente. 

Le taux de positivité est compris entre 5,8 % dans les Alpes-de-Haute-Provence et 10 % dans les Alpes-Maritimes.  Selon des données consolidées de Santé Publique France, 18.767 personnes ont été testées positives la semaine dernière, contre 118.633 la précédente en Paca.

"La situation épidémique se dégrade dans notre pays", a déploré mercredi Olivier Véran à Dunkerque, soulignant que "le nombre de diagnostics augmente désormais jour après jour".

 Si les contaminations repartent à la hausse, ce sera dans un contexte où la charge hospitalière est déjà élevée, avec toujours plus de 1.500 patients hospitalisés en Paca, dont 469 dans des services de réanimation, où sont soignés les malades les plus gravement atteints.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société