EELV: des cadres dénoncent les alliances avec le Front de gauche

Ces cadres soulignent "Il en est ainsi notamment dans les deux régions où le risque d'une victoire FN est le plus élevé, Nord-Pas-de-Calais/Picardie et PACA, où les têtes de listes écolos et dirigeants régionaux d'EELV préconisent un regroupement de la gauche radicale"

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des cadres d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dont le sénateur Jean-Vincent Placé et le député Denis Baupin ont publié, mercredi, 19 août, une tribune à la veille des journées
d'été de leur parti dénonçant les "négociations ou alliances" avec le Front de gauche pour les régionales. Dans cette tribune les signataires écrivent :

Une sorte de fièvre estivale a saisi une partie d'EELV: outre la région Rhône Alpes Auvergne qui l'avait décidé en juin, dans trois régions les têtes de listes annoncent ou négocient des alliances avec tout ou partie du Front de Gauche . Privilégiant l'alliance avec la gauche protestataire à l'action avec la gauche réformiste, des élus, des candidats, des cadres du parti écologiste façonnent une nouvelle stratégie pour EELV au risque de faire disparaître l'écologie du champ politique et de rendre l'écologie impuissante










Ces cadres rajoutent "Il en est ainsi notamment dans les deux régions où le risque d'une victoire FN est le plus élevé, Nord-Pas-de-Calais/Picardie et PACA, où les têtes de listes écolos et dirigeants régionaux d'EELV préconisent un regroupement de la gauche radicale". Pour les signataires de cette tribune, "cette démarche se veut le prolongement
de la sortie du gouvernement et de l'annonce l'hiver dernier par certains de l'objectif de construire une force politique nouvelle".  Selon eux "bien que les candidatures EELV-FDG aux élections départementales de mars dernier aient échoué, elles ont servi de banc de test à la stratégie qui se dévoile aujourd'hui". "Ce projet, au-delà des incantations, ne rencontre pas les faveurs des Françaises et des Français, et ... il risque non seulement de détruire l'écologie politique mais aussi de concourir au succès de l'extrême droite ou de la droite", jugent les huit signataires. "Lors d'une élection à la proportionnelle, le mode de scrutin que nous préconisons pour toutes les élections, permettons aux électeurs écologistes de voter pour des projets écologistes, et aux électeurs du Front de Gauche de voter pour le leur", préconisent les signataires.
"La campagne de premier tour doit être menée sans ennemi à gauche, afin de permettre le nécessaire rassemblement au second tour. Même si la gauche n'est pas parfaite,
nous savons que la gauche et la droite ce n'est pas pareil", ajoutent-ils. "Quant aux régions à risque FN, au pied du mur il n'y a pas à tergiverser (...) tous ceux qui connaissent le danger que représente le FN pour notre démocratie doivent s'unir pour lui faire barrage", conclut le texte.

Le texte est cosigné par Patricia Andriot, vice-présidente du Conseil Régional de Champagne Ardenne, les députés Denis Baupin, Barbara Pompili et François de Rugy, Marie-Pierre Bresson maire adjointe de Lille, Eric Loiselet, conseiller régional de Champagne Ardenne, Jean-Vincent Placé, sénateur et Christophe Porquier, vice-président
du conseil régional de Picardie. EELV tient ses journées d'été de jeudi à samedi à Villeneuve d'Ascq (Nord).