La fin annoncée du remboursement de l’homéopathie et ses répercussions sur les laboratoires azuréens

L'annonce de la fin du remboursement des traitements homéopathiques inquiète les employés des laboratoires azuréens / © Alexis Christiaen, Max PPP
L'annonce de la fin du remboursement des traitements homéopathiques inquiète les employés des laboratoires azuréens / © Alexis Christiaen, Max PPP

La fin du remboursement de l'homéopathie a été actée par le gouvernement. Il pourrait se faire en 2 temps et en 2 ans dès janvier prochain. Sur les différents sites de production et de recherche BOIRON, l'inquiétude grandit.

 

Par Véronique Lupo

►L’avenir des salariés
Pour les 29 employés du laboratoire pharmaceutique Boiron implanté à biot depuis 1998, la nouvelle est tombée comme un couperet.
Nathalie Sura fait partie des salariés qui ont le plus d'expérience. Depuis l’annonce du gouvernement, elle est inquiète pour son emploi.
"Ce n’est pas évident de retrouver un emploi à 50 ans" nous confie-t-elle.

Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé déclare qu'elle souhaite une réduction de l'usage des médicaments dans notre pays.
Chaque jour, des centaines de préparations sont élaborées dans cet établissement pour être distribuées aux 500 pharmacies de la région.
La décision de dérembourser l'homéopathie suscite l'incompréhension.
"L’homéopathie existe depuis très longtemps. Chacun a dans sa famille quelqu’un qui en est satisfait. C’est pour ça qu’on ne comprend pas pourquoi aujourd’hui les choses changeraient" nous dit Eric Monchaux, Responsable du Service Logistique des laboratoires Boiron à Sophia Antipolis.

La direction est plutôt fataliste sur l'avenir des effectifs : "de toute façon cette nouvelle avait été annoncée par notre direction générale. Si il y a déremboursement, il y aura impact sur les emplois" déclare Elisabeth Cottin, pharmacienne et adjointe de direction. On parle de 1000 emplois répartis sur tout le territoire français. Nous en ferons forcément partie.
Les salariés des laboratoires Boiron de Sophia Antipolis devraient être fixés sur leur sort d’ici 2021.

►Les modalités de la mise en place du déremboursement

Il ne se fera pas une fois mais se fera en plusieurs étapes.
C’est sans véritable surprise que la ministre de la santé Agnès Buzyn a annoncé le déremboursement de l'homéopathie et ce, après l'avis de la Haute Autorité de Santé qui considère que les effets scientifiques de l'homéopathie ne sont  pas prouvés.
La ministre de la santé considère que cette mesure ne pèsera pas sur le budget des français.
Sur les 20 milliards que coûtent les médicaments, l’homéopathie représente seulement 126,8 millions d’euros.
Le gouvernement pourrait s’attaquer maintenant au statut des homéopathes qui ne seraient plus reconnus par l’ordre des médecins.
1300 postes pourraient être supprimés sur l’ensemble du territoire.

Les précisions de Pascal Milhiet, Directeur du site Boiron à Sophia-Antipolis
Pascal Milhiet, Directeur site Boiron à Sophia-Antipolis sur le plateau du 19/20 mercredi 10 juillet 2019 / © France Télévisions
Pascal Milhiet, Directeur site Boiron à Sophia-Antipolis sur le plateau du 19/20 mercredi 10 juillet 2019 / © France Télévisions
"Notre site sera obligatoirement impacté avec le déremboursement de l’homéopathie.
Cela représente une baisse d’activité au niveau régional et au niveau national."
"Depuis le 1er janvier, nous avons accusé une baisse de 10% de notre activité.
Du coup, les départs en retraite ne sont déjà plus remplacés depuis un an."
"On a évalué que seulement 60% des patients qui utilisaient l’homéopathie continueraient à le faire."
"Aujourd’hui le médicament homéopathique ne coûte que 20 centimes à la Sécurité Sociale.
Si c’est complètement déremboursé, ça coûtera 2, 35 euros. Et comme la consommation est généralement de 10 tubes par mois, cela coûtera 25 euros mensuellement."

Et à Pascal Milhiet de conclure :
"On subit depuis un an un véritable massacre de l’homéopathie.
On a l’impression que l’on veut tuer cette thérapeutique alors qu’en fait, elle ne coûte que 58 millions d’euros par an de remboursement.
On fera un recours au niveau du conseil d’état par rapport à une décision qui nous semble injuste."

►Une victoire pour Agnès Buzyn
Lu dans l'AFP :
"La fin du remboursement de l'homéopathie conforte Agnès Buzyn dans son image de ministre faisant primer les arguments scientifiques sur les considérations politiques et économiques, un positionnement revendiqué par cette médecin de formation depuis sa nomination.
Malgré le verdict de la Haute autorité de santé, qui a conclu que "ces médicaments
n'ont pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d'un
remboursement", de nombreux élus ont défendu ces dernières semaines les arguments
des pro-homéopathie (popularité de ces "petites granules").

 

Le déremboursement de l’homéopathie va se faire en plusieurs étapes

Aujourd’hui les petites granules sont remboursées à hauteur de 30%.
Dès le 1er janvier 2020, le taux va baisser à 15%.
Pour atteindre 0% en 2021.

A lire aussi

Sur le même sujet

Orage à Nice est, le 20 octobre 2019

Les + Lus