• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Football leaks : l'AS Monaco aurait tenté de faire un montage financier “offshore”

Dmitry Rybolovlev, président de l'AS Monaco / © NICOLAS TUCAT / AFP
Dmitry Rybolovlev, président de l'AS Monaco / © NICOLAS TUCAT / AFP

Après le PSG ou Manchester City, les révélations des Football leaks touchent l'AS Monaco. Pour rentrer dans les clous du fair-play financier, l'ASM
aurait tenté en juin 2014 un "montage offshore". Une opération finalement avortée mais pendant laquelle l'UEFA aurait en partie "passé l'éponge".

Par POC avec AFP

D'après un collectif de médias dont Médiapart, l'AS Monaco aurait céder au dopage financier.  A l'issue de sa saison 2013-14, Monaco, vice-champion de France, est qualifié pour la Ligue des champions et a besoin de nouvelles ressources pour respecter le fair-play financier, cette règle qui interdit à un club engagé en compétition européenne de ne dépenser plus qu'il ne gagne.

Selon Mediapart, documents à l'appui, l'ASM a alors signé un partenariat avec l'agence de marketing AIM Digital Imaging, une "société offshore immatriculée à Hong-Kong" et chargée de garantir "140 millions d'euros de revenus à l'AS Monaco pendant dix ans", si le club lui-même n'arrive pas à dégager de telles ressources.

En octobre 2014, ce contrat "atypique" aurait été complété par "un accord d'investissement avec City Concept Ventures, une société-écran immatriculée aux Iles Vierges britanniques", censée de son côté "investir 140 millions d'euros par an dans AIM Digital Imaging". 


Mediapart affirme que City Concept Ventures serait en fait un "faux nez" du propriétaire de Monaco, le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, et lui permettrait donc d'injecter directement de l'argent dans son propre club, en contournant les règles du fair-play financier de l'UEFA. 
Pour convaincre l'UEFA, Monaco aurait mené tout au long de l'opération "une intense campagne de lobbying" auprès d'Andrea Traverso, le responsable du fair-play financier au sein de l'instance, notamment lors d'un "dîner au restaurant étoilé de Joël Robuchon à l'hôtel Métropole" de Monte-Carlo.


Cela n'a pas empêché la chambre d'instruction de l'UEFA d'ouvrir une enquête sur les déficits du club, pour condamner Monaco en mai 2015 à trois millions d'euros d'amende ferme, assortie d'une limitation de recrutement pendant un an.
Selon le consortium de journaux européens, la chambre d'instruction aurait toutefois "choisi de fermer les yeux" sur le contrat litigieux avec AIM avec "cet accord
amiable particulièrement clément
". 

Mediapart cite un courriel adressé par Andrea Traverso à un conseiller des dirigeants monégasques, Filips Dhondt: "C'est un accord très favorable comparé à ceux conclus avec d'autres clubs. Très loin de celui du PSG l'an dernier", indique le responsable du fair-play financier.


Entretemps, Monaco n'aurait finalement pas pu utiliser son "montage offshore" en raison d'une brouille entre Dmitri Rybolovlev et le patron d'AIM Bernard de Roos. Monaco avait déjà été cité l'année dernière dans le cadre des Football Leaks, au sujet de la vente de certains joueurs en Espagne ou de la situation fiscale de la star colombienne Radamel Falcao. 


 

L'AS Monaco dément avoir voulu contourner le fair-play financier

Dans un communiqué, le club de la Principauté a réagit, le 5 novembre, à l'article de Médiapart. 
"Le club dément fermement avoir contourné le Fair-Play Financier au travers d’un contrat noué avec une agence marketing contrairement à des fausses affirmations publiées par des médias français et européens.
Les articles publiés comportent de fausses informations et de nombreuses inexactitudes.
Le club a bien espéré développer ses ressources commerciales et sponsoring au travers d’un contrat avec l’agence AIM. L’AS Monaco tient à préciser que ce contrat comprenait les ressources marketing, sponsoring mais également tous les revenus liés à la Ligue des Champions. L’agence devait en fait trouver 30 millions de ressources complémentaires.
Mais ce contrat (qui s’est avéré malgré tout trop ambitieux et irréalisable) n’a jamais été exécuté et à ce titre n’est jamais entré dans les comptes du club ni pour la DNCG, ni pour l’UEFA, et ce à l’initiative du club lui-même. Il n’a donc à aucun moment pu servir à être utilisé dans le cadre du Fair-Play Financier."

Sur le même sujet

Christian Carrère, psychiatre addictologue

Les + Lus