Gare aux allergies, les pollens sont (déjà) de retour en Provence-Alpes-Côte d'Azur

L'allergie au pollen est couramment nommée "rhume des foins", rhinite allergique ou pollinose. / © Julio PELAEZ/Max PPP
L'allergie au pollen est couramment nommée "rhume des foins", rhinite allergique ou pollinose. / © Julio PELAEZ/Max PPP

Le Réseau national de surveillance aérobiologique (Rnsa) a placé le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône en vigilance rouge aux pollens du cyprès. Une situation précoce qui touche le Sud-Est. Les départements des Alpes-Maritimes et du Var sont en vigilance orange. 

Par Coralie Chaillan avec Sidonie Canetto

Une personne sur quatre est allergique aux pollens. Ce sont 7% à 20% des enfants, environ 30% des adultes qui sont concernés chaque année par ces allergies, selon le dernier rapport de l'agence nationale de la sécurité sanitaire (anses).

Le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône sont en vigilance rouge aux risques d'allergie (cyprès) selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (Rnsa), les Alpes-Maritimes et le Var ont été placés en vigilance orange. 

À cette période, la présence de pollen de cyprès est normale, sa période de floraison court de février à avril. Ce qui l'est moins, en revanche, c'est le contexte, selon Paul Marquis, météorologue indépendant de la région PACA. 

Le manque de précipitation conjugué à une douceur exceptionnelle, la plus chaude enregistrée depuis 120 ans, rendent le pollen volatil car il n’a pas pu se fixer au sol,comme il le fait habituellement.

Pas d'amélioration météo

Pas de grosse pluie annoncée pour la suite de la semaine, ce qui pourrait augmenter encore les risques d'allergies avec la floraison, cette fois, des graminées qui habituellement débute en mai.

La tendance n’est absolument pas à l’amélioration, puisque l’alternance des jours de douceur quasi printanière (16°C à 18°C prévu ce week-end) et de jours de Mistral va accentuer l’envolée de pollen de cyprès.

Symptômes et remèdes

Crises d'éternuement, détérioration du sommeil, isolement, troubles de la concentrations, les pollens ont une importante capacité de nuisance pour les personnes sensibles. Dans les cas les plus graves, l'allergie au pollen peut causer un choc anaphylactique.

Le plus souvent c’est une Rhino-conjonctivite, c’est-à-dire avec les yeux qui grattent, la bouche qui pique et le nez qui coule et qui gratte aussi.

"À ce moment-là, il faut en parler à son médecin, si c’est nouveau", explique le Professeur Pascal Chanez, pneumologue et spécialiste des maladies respiratoires à l’APHM. Quant au traitement, "mieux vaut traiter localement le nez et les yeux, en utilisant les comprimés antihistaminiques comme variable d’ajustement".

"Il faut surtout anticiper, si vous avez un terrain allergène, ou une tendance à la rhino-conjonctivite notamment sur l’année précédente. Soit il faut commencer avant le moment de la pollinisation, soit il faut en parler à votre médecin et se diriger vers un allergologue pour une désensibilisation ", conseille encore le professeur.

Amis allergiques aux pollens de graminées adoptez les bons gestes pour vous protéger et limiter votre exposition aux pollens! #prevention #allergies

Publiée par Réseau National de Surveillance Aerobiologique (RNSA) sur Vendredi 24 mai 2019

En cas d'allergie, il est important d'adopter les bons gestes pour diminuer l'exposition. À la maison, rincez ses cheveux, aérer au moins 10 min par jour de préférence avant le lever et après le coucher du soleil et éviter d'aggraver ses symptômes avec une consommation de tabac ou l'utilisation de parfums d'intérieur, par exemple.

À l'extérieur, il faut bien sûr éviter les activités qui entraînent une surexposition comme le sport ou l'entretien du jardin. Evitez encore de faire sécher le linge à l'extérieur et en cas de déplacement en voiture, bien garder les fenêtres fermées. 

Il ne faut pas hésiter à aller chez un médecin en cas d'aggravation des symptômes ! Enfin, sachez qu'une application d'alerte existe : l'application Alertes Pollens.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus