CARTE INTERACTIVE. Les candidats des Hautes-Alpes canton par canton

Ancré à droite, le département des Hautes-Alpes peut basculer à gauche même si la gauche part divisée. La droite détient de justesse ce département avec 16 sièges sur 30. Il n'y a désormais plus que 15 cantons. La lutte va être âpre.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

1. Les enjeux : 

La droite détient de justesse la majorité absolue au conseil général avec 16 sièges sur 30. La disparition brutale du président du conseil général, le sénateur UMP Jean-Yves Dusserre, en décembre dernier a rebattu les cartes au sein de la droite. Dusserre avait conquis la présidence du département en 2008 après quatre années de gestion par la gauche. Son affrontement avec Jean-Michel Arnaud (le 1er vice-président) lors des dernières sénatoriales a laissé quelques traces. La droite part divisée. L'UMP Jean-Michel Arnaud doit affronter la concurrence des proches de Henriette Martinez, la présidente de la fédération UMP des Hautes-Alpes. L'actuel président Michel Roy (divers droite) ne se représente pas. Le Front national, qui est traditionnellement faible dans ce département alpin, se présente dans six cantons.  


2. Les cantons à suivre :

  • Briançon 1 :
​Il y aura un affrontement entre sortants du fait des regroupements de cantons. Les conseillers généraux Alain Fardella (PRG) et Xavier Cret (divers droite) vont s'opposer. Un troisième binôme, celui de l'UMP avec Arnaud Murgia et Martine Michel, jouera les trouble-fête.

  • Briançon 2 : 
C'est la revanche des dernières municipales : le  maire socialiste de Briançon Gérard Fromm et son opposant UMP de mars 2014 Romain Gryzka. Face à la division à droite, Gérard Fromm a une chance de l'emporter. Il a constitué un binôme avec Aurélie Poyau. L'autre binôme de droite est constitué de Muriel Jourdain et  Eric Peythieu. Gryzka s'est allié à Catherine Valdenaire.

  • Guillestre : 
Aucun suspens à Guillestre. Guillestre fait partie des trois cantons en France où il n'y a qu'un seul binôme candidat : Marcel Cannat et Valérie Garcin, divers droite. Il sera néanmoins intéressant de voir le taux de participation dans ce canton, est-ce que l'unique binôme aura assez de voix pour passer au premier tour ?  Pour être élu au premier tour, il faut obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés plus une voix et le quart des électeurs inscrits. 


3. Les personnalités à suivre :


  • Karine Berger :
La députée socialiste peut être élue dans le canton de Gap 2. Elle fait équipe avec le conseiller sortant Claude Feutrier. En face les adjoints UMP au maire de Gap Maryvonne Grenier et Daniel Galland. Karine Berger se félicite de l’union du PS et du PRG dans le département "Nous avons réussi à mettre les vieilles querelles de côté et c’est une grand satisfaction", a-t-elle déclaré a L'E Media 05.


Tout savoir sur les départementales dans notre région