Incidents à la Commanderie : cinq interpellations dont deux leaders de groupes de supporters de l'OM

Deux figures emblématiques des South Winners et des Ultras (CU84) et trois autres supporters ont été placés en garde à vue suite à l'intrusion dans les locaux du centre d'entraînement de l'OM, a-t-on appris auprès de la procureure de Marseille confirmant une information du journal La Provence.

Archives. 14 supporters de l'OM sont déjà poursuivis après l'action "coup de poing" à la Commanderie, à Marseille le 30 janvier.
Archives. 14 supporters de l'OM sont déjà poursuivis après l'action "coup de poing" à la Commanderie, à Marseille le 30 janvier. © Antoine TOMASELLI / MaxPPP

Les responsables du groupe de supporters South Winners et du Commando Ultra 84' ont été interpellés mercredi 10 février avec trois autres personnes affiliées à des clubs de supporters.

Les cinq hommes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les incidents survenus dans les locaux du centre d'entraînement de l'OM le 30 janvier, a confirmé la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens. 

Samedi 30 janvier, près de 300 supporters avaient manifesté leur colère devant la Commanderie avant le match OM-Rennes. Plusieurs dizaines d'entre eux s'étaient introduits à l'intérieur du centre d'entraînement du club phocéen.

Suite à ces échauffourées, 25 personnes ont été interpellées. La rencontre contre Rennes a été annulée et le club a dénoncé une "attaque inacceptable".

14 d'entre eux sont poursuivis pour avoir participé à un groupement en vue de commettre  des "violences volontaires contre les personnes ou de destructions ou dégradations de biens". Cinq prévenus ont été placés en détention avant leur comparution qui aura lieu le 24 février. 

En quelques mois, la relation entre la direction de l'OM et les supporters s'est tendue jusqu'au point de non-retour, dans un conflit exacerbé par les derniers résultats sportifs.

Les supporters réclament principalement le départ du président du club Jacques-Henri Eyraud, auquel ils reprochent une gestion impersonnelle du club et une stratégie sportive de plus en plus floue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport football om justice société violence faits divers