Les agriculteurs attendent les fonds de l'Etat

Les travaux de consolidation des berges de l'Argens fortement endommagées par les innondations n'ont pas commencé

Les agriculteurs du Var ne voient toujours rien venir; ils ont manifesté pour que l' Etat, comme promis, débloque les fonds pour débuter les travaux de consolidation des berges de l'Argens, des berges fortement endommagées par les innondations de 2010 et 2011.A bout de patience, ils se disent prêts à effectuer, eux-mêmes, les travaux.

Une centaine d'agriculteurs équipés d'une cinquantaine de tracteurs et d'engins ont symboliquement comblé une brèche de l'Argens (Var) pour dénoncer le désengagement de l'Etat dans les travaux d'urgence de la rivière.
"Après les inondations de novembre 2011, le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire nous avait promis la prise en charge par l'Etat des travaux d'urgence, estimés à 1,4 millions d'euros. Aujourd'hui les services de l'Etat viennent de nous faire savoir qu'à la suite d'un changement de ligne budgétaire, le financement sera au maximum de 40%", explique le président du syndicat des jeunes Agriculteurs (JA), Sébastien Perrin.

La démonstration a eu lieu à Roquebrune-sur-Argens, où les agriculteurs répondant à l'appel des JA et de la FDSEA ont déversé plus de 1.000 m3 de terre et de pierres dans la brèche, sous l'oeil des gendarmes. Aucun incident n'a eu lieu.
"Si nous ne sommes pas entendus, nous déploierons des moyens plus importants," ont menacé les participants.
Selon le secrétaire de la FDSEA Gilles Millo, "le préfet nous parle de +PAPI+ (Programme d'actions de prévention des inondations, ndlr), mais nous on demande des travaux d'urgence pour combler les 50 brèches recensées le long des berges de l'Argens".
"Rien n'est fait pour protéger les terres et les exploitations agricoles qui en juin 2010 et en novembre 2011 ont été inondées," ajoute-t-il, déplorant aussi qu'en amont "ne sont pas réalisées des retenues, des bacs de rétention qui éviteraient que l'eau arrive de plus en plus vite".
Pour lui, "aujourd'hui on assassine l'agriculture de la plaine de l'Argens".

Un autre agriculteur, Philippe Mathieu, dénonce les "remblaiements autorisés pour permettre la réalisation de zone d'activités commerciales". Olivier Cauvin, qui a perdu toutes ses récoltes depuis 2010, constate aussi que "rien n'est fait".
Lors des dernières inondations de novembre 2011, 170 exploitations agricoles, représentant 1.000 emplois, sur les 280 que compte les 3.000 hectares de la plaine de l'Argens ont été sinistrées.
 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité