Voyageurs sourds interdits d'avion: DGA saisie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Afp

Air Méditerranée refuse d'embarquer 18 personnes sourdes. Thierry Mariani demande un rapport.

Ce groupe s'est vu refuser l'accès à l'appareil, dont le départ était prévu de Marseille à 05h00 dans la nuit de dimanche à lundi, à destination de la Turquie le commandant de bord évoquant des "raisons de sécurité", a expliqué Fabienne Guiramand, dont la mère faisait partie du groupe.

Selon Mme Guiramand, seules les personnes sourdes et aveugles sont considérées comme "à mobilité réduite", or les voyageurs concernés n'étant que sourds ou mal-entendants, leur agence de voyage n'a pas prévenu la compagnie. Le groupe compte porter l'affaire devant l'ex-Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) désormais fondue dans le nouveau poste de Défenseur des droits, a-t-elle indiqué.

Réaction de Air Méditerranée

La directrice générale de la compagnie, Anne Loubet, a expliqué au quotidien Libération, qui a révélé l'information mardi soir sur son site internet, que la compagnie n'avait pas été prévenue à temps du handicap des voyageurs. "Les malentendants sont considérés comme des personnes à mobilité réduite, et nous devons mettre en place des personnels supplémentaires dans ces cas-là", a-t-elle argué.

Bachelot demande un point sur la discrimination dans les transports

La ministre des Solidarités a demandé mercredi au Défenseur des droits "un point sur les discriminations que subissent encore les personnes

handicapées dans l'accès aux transports". 

 



Thierry Mariani saisit la Direction de l'aviation civile:



 "Plusieurs opérateurs sont impliqués dans cet incident : le voyagiste, le transporteur français Air Méditerranée, au nom duquel ont été émis les billets, et le transporteur grec Hermès, filiale d’Air

Méditerranée, chargé d’effectuer le vol.

D’après les premiers éléments d’information qui ont été établis, le commandant de bord n’aurait

semble-t-il été prévenu du handicap de ces passagers qu’au moment de l’embarquement.

Les consignes de sécurité de la compagnie Hermès, en présence d’un certain nombre de personnes handicapées, ont été appliquées par le commandant de bord. Ces règles strictes prévoient en effet un

renfort de personnel commercial de bord en présence de voyageurs handicapés, ce qui n’avait pas été prévu.

Le ministre chargé des Transports a donc immédiatement saisi la DGAC afin d’examiner si, dans cette affaire, les normes en vigueur ont bien été respectées, et notamment si les passagers atteints de

surdité doivent recevoir un traitement adapté au titre des règlements relatifs à la sécurité du transport aérien." explique le cabinet du Ministre des transports dans un communiqué.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité