Journée de la femme: emploi, logement, violences... les femmes plus touchées par la crise du Covid

Publié le Mis à jour le
Écrit par Virginie Danger .

En Provence-Alpes-Côte d'Azur comme en France, les deux années de pandémie ont eu des conséquences importantes sur les conditions de vie des femmes. Une étude de l'Insee pointe qu'elles ont plus souffert que les hommes de la dégradation de certaines situations déjà difficiles.

A la veille de la Journée internationale des droits des femmes, l'Insee publie ce lundi 7 mars une étude qui montre que la crise sanitaire a eu impact plus important sur les conditions de vie des femmes que sur celles des hommes, dans la région comme au niveau national.

Il en ressort que la pandémie de Covid-19 a aggravé certaines situations déjà difficiles pour les femmes, notamment en ce qui concerne les violences intrafamiliales, l'emploi, les salaires mais aussi en matière de logement. 

  • Les femmes plus souvent victimes de violences intrafamiliales 

Dans près de 9 cas sur 19, les victimes de coups et blessures volontaires dans le cadre intrafamilial sont des femmes. Il s’agit presque toujours de violences conjugales.

Dans la région, le nombre de faits constatés de violences intrafamiliales envers les femmes a nettement progressé en 2020 : + 8 % entre 2019 et 2020.

En France métropolitaine, ces violences ont fait un bond de 9 % entre 2019 et 2020.

  • Les femmes plus souvent logées dans des logements trop petits

Pendant la crise sanitaire, les confinements ont exacerbé les difficiles conditions de vie des plus modestes.

Les familles monoparentales où les enfants vivent avec leurs mères sont surreprésentées dans la région et ce sont celles qui souffrent le plus de suroccupation.

30 % vivent dans un logement trop petit, contre 25 % quand les enfants vivent avec leur père.

Les difficultés de mode de garde accrues pour les familles monoparentales s’ajoutent à celles de l’exiguïté des logements lors des fermetures d’école.

  • Les femmes plus souvent dans les métiers de "première ligne"

L'insee souligne qu'au printemps 2020, lors du premier confinement de la population lié à l’épidémie de Covid-19, six emplois sur dix dans les métiers "de première ligne" étaient occupés par des femmes en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les femmes sont très nettement majoritaires dans les professions très exposées comme les aides à domicile, les soignantes et les caissières de commerces "essentiels".  

Plus souvent à temps partiel que les hommes mais également moins bien payées, les femmes touchent un salaire net médiant inférieur de 15 % à celui des hommes.

  • Les femmes plus touchées dans leur parcours de soin

Depuis mars 2020, la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 a augmenté significativement le nombre de décès chez les femmes : 29 700 en 2021 contre 28 600 en 2020, et 26 700 en 2019.

L'étude de l'Insee rapporte qu'entre 2019 et 2021, la hausse est de 11,1 % contre 7,1 % entre 2019 et 2020 en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Si l’effet de la crise sanitaire sur la mortalité semble moins important pour les femmes que pour les hommes, dans la région comme en France, les données de l'insee indiquent que les femmes ont en revanche davantage subi ses conséquences sur les parcours de soin.

Elles déclarent en effet plus fréquemment avoir renoncé à un acte médical dont elles avaient besoin. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité