L'OM, un club à vendre en cinq questions

A quelques jours de la fin de la saison et de la finale de la Coupe de France contre le Paris SG, état des lieux de l'OM en cinq questions.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A vendre: ex-champion d'Europe, 13e du championnat mais finaliste de la Coupe de France samedi contre le Paris SG, locataire de son stade, actif joueurs à remanier. Pas milliardaire s'abstenir. Contacter l'Olympique de Marseille.

1. Quels acheteurs ?

L'identité des candidats au rachat de ce morceau de roi du patrimoine footballistique français reste mystérieuse. Selon la mairie de Marseille, la propriétaire Margarita Louis-Dreyfus a assuré le 10 mai au maire Jean-Claude Gaudin que "rien de formel ni de définitif n'était encore engagé pour l'instant". Mais "pour permettre à l'OM de se propulser dans la cour des grands il faut (...) un repreneur prêt à dépenser beaucoup d'argent", rappelait l'ancien président Pape Diouf.

Parmi les éventuels acquéreurs, l'un pourrait être un client du banquier italien basé à Dubaï Pablo Dana, et il ne s'agit pas du Thaïlandais Bee Taechaubol, candidat refroidi à l'achat de l'AC Milan. Dana avait déjà mis en contact son client avec des clubs italiens mais sans succès pour l'instant, car les meilleurs ne sont pas à vendre (Juventus, Fiorentina, Naples) ou déjà vendus (AS Rome, Inter Milan).

2. Quels atouts ?

L'OM a surtout à vendre son énorme potentiel de notoriété: il reste l'un des clubs les plus populaires de France, et le seul club français vainqueur de la Ligue des champions, en 1993. L'équipe possède avec le centre d'entraînement Robert-Louis-Dreyfus de La Commanderie un bel outil de travail et des fonds propres. La gestion a été assainie par le
président Vincent Labrune. Mais la mauvaise saison sportive, avec ses faibles et son maigre butin de droits TV avec la 13e place, a coûté cher. Labrune a aussi récupéré la gestion directe des abonnements de supporters, ce qui représente un atout de gestion. 

3. Quels handicaps ?

En outre l'OM ne possède pas son stade, ce qui représente un gros manque à gagner puisque il faut payer 4 millions d'euros par an, loyer que la mairie veut augmenter. Il existe aussi une variable, en fonction du taux de remplissage, mais comme il a souvent sonné creux cette saison l'OM n'aura pas à la verser. Par tradition, le prix des places n'est très cher, 180 euros l'abonnement à l'année en virage, soit le prix d'une place pour aller voir un seul match d'un grand club anglais. Le nouveau propriétaire aurait une marge de manoeuvre limitée s'il voulait augmenter trop fortement les places. L'OM ne détient pas non plus le centre de formation, malgré ses efforts pour en récupérer le contrôle auprès des amateurs de l'association. 

4. Quelles poursuites judiciaires ? 

La justice n'en a pas fini avec l'OM. Après le procès des comptes du club dans les années 2000, qui avait sali le maillot blanc et son mécène, Robert Louis-Dreyfus, l'enquête sur les transferts douteux de l'OM a de quoi rafraîchir bien des acheteurs. Les anciens présidents sont tous passés dans le bureau d'un juge. Jean-Claude Dassier, son directeur général Antoine Veyrat et l'agent Jean-Luc Barresi ont été mis en examen. Labrune en est ressorti en témoin assisté, sans charge retenue contre lui, et Pape Diouf sans charge. Mais cette énième affaire judiciaire fait tache. Et la rumeur de la main invisible du grand banditisme marseillais autour du club à la vie dure. Une des issions confiée à Labrune est l'assainissement des relations du club, il doit aussi écarter des agents poursuivis par la justice qui ont longtemps nagé dans les eaux de l'OM. 

5. Quel effectif ?

Faute de nouveau propriétaire, difficile de tracer les contours de l'effectif l'an prochain. Le gardien Steve Mandanda et le chef de défense Nicolas Nkoulou vont partir libres,
comme Gignac et Ayew l'an dernier, Lassana Diarra, le meilleur joueur de la saison, a annoncé qu'il ne resterait sûrement pas, enfin l'espoir Benjamin Mendy et le buteur Michy Batshuayi seront vendus. Parmi les prêtés, Lucas Silva, Javier Manquillo et Paolo De Ceglie vont rentrer, Rémy Cabella va rester, et Florian Thauvin comme Mauricio Isla ont demandé à rester. "L'actif joueurs" cher à Vincent Labrune a été déprécié par cette mauvaise saison. Une victoire un peu miraculeuse en Coupe de France doperait un peu la valeur du produit..