Le dispositif "En lieu sûr" arrive sur la Côte d’Azur pour les personnes LGBT+

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gregory Bustori
Ce logo représente les lieux sûrs pour que les victimes d'homophobie et de transphobie soient mises en sécurité pour appeler les secours.
Ce logo représente les lieux sûrs pour que les victimes d'homophobie et de transphobie soient mises en sécurité pour appeler les secours. © Association Flag!

Des lieux d'accueil et d'écoute labellisés, identifiables d'un simple coup d'oeil grâce à un logo apposé sur les vitrines... C'est le credo du dispositif "En lieu sûr".

Le député de la 2e circonscription Loïc Dombreval a été le premier, dans le département des Alpes-Maritimes, à emboiter le pas de cette initiative lancée par FLAG!, l’association nationale LGBT+ des personnels de l’Intérieur et de la Justice.

Lancé au printemps dernier, le dispositif "En lieu sûr" a pour but d’identifier les endroits qui indiquent, aux personnes LGBT+ et victimes d’agressions, un accueil respectueux permettant d’être mis en sécurité pour joindre les forces de l’ordre.

Loïc Dombreval a fait savoir cette semaine que sa permanence de député, située à Vence, une ville dont il a été le maire, afficherait le sticker "En lieu sûr", de forme ronde, et aux couleurs du rainbow flag.

Le député a précisé par communiqué qu’il est « souvent difficile, à la suite d’une agression homophobe ou transphobe, de trouver un endroit où se sentir en sécurité, où pouvoir raconter ce qu’il s’est passé en toute confiance et où pouvoir appeler les secours. » Avant d’ajouter que « protéger les victimes de maltraitance, protéger les plus fragiles est un des sens de mon engagement politique. »
 

 

Dans le Var également

Etre labellisé "En lieu sûr" est totalement gratuit. L’association FLAG! cible les acteurs institutionnels tels que les services publics - bibliothèques, piscines, maison des associations, mairies-, mais aussi le monde économique, les locaux associatifs ou les écoles.

Dans le Var, un premier endroit a adopté ce nouveau sticker à La Roquebrussanne, un village au sud de Brignoles.

La Pause Thé'Tine, un café associatif, a rejoint l'initiative en octobre dernier.

 

Une idée américaine

C'est la police de Seattle, au nord-ouest des Etats-Unis, dans l'Etat de Washington, que cette idée a vu le jour en 2015. Le Seattle Police Department avait créé le programme Safe place. Les forces de l'ordre ayant constaté de manière récurrente, de faibles remontées concernant les agressions homophobes et transphobes, à cause d'un manque de lieux d'accueil et d'écoute. Beaucoup de localités de cet Etat ont suivi cette idée, qui s'est ensuite répandue dans de nombreuses villes américaines, pour finalement arriver en Europe.

 

Une application pour smartphones

En France, le premier site à avoir rejoint le programme "En lieu sûr" se trouve Saint-Ouen-sur-Seine, en région parisienne. 

Ce dispositif est à retrouver dans l’application FLAG!, lancée par l'association en 2020, qui permet très rapidement d'avoir accès aux lieux membres du réseau. Ou la sécurité à portée d'écran. 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.