Le Léonard de Vinci de Dmitri Rybolovlev s'est vendu 382 millions d'euros, un record

Des employées de Christie's posent devant le tableau Salvator Mundi de l'Italien Leonardo da Vinci à Londres, le 22 octobre 2017 / © AFP
Des employées de Christie's posent devant le tableau Salvator Mundi de l'Italien Leonardo da Vinci à Londres, le 22 octobre 2017 / © AFP

C'est le tableau le plus cher jamais vendu. Les enchères de Christie's à New York étaient enflammées. Et Dmitri Rybolovlev, le patron de l'AS Monaco, a gagné beaucoup d'argent. Quels que soient les reproches qu'il peut faire au marchand d'art qui lui avait procuré l'oeuvre.

Par Laurence Collet (avec AFP)

450,3 millions de dollars, soit 382 millions d'euros. Le prix du "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci a laissé loin derrière "Les Femmes d'Alger ", de Pablo Picasso, vendu 179,4 millions de dollars en 2015.
Lors de la conférence de presse qui a suivi, les responsables de Christie's ont refusé de donner toute information relative à l'acheteur ainsi qu'aux autres enchérisseurs, si ce n'est pour dire qu'ils venaient du monde entier.
La maison d'enchères avait estimé à 100 millions de dollars la valeur de cette toile de 65 cm sur 45 cm, vendue pour 45 livres britanniques seulement en 1958, bien avant qu'elle n'ait été reconnue comme un authentique "Leonardo", en 2005.
S'il est impossible de le déterminer avec certitude, il semble que "Salvator Mundi"soit devenu le tableau le plus cher de l'histoire toutes ventes confondues, y compris hors enchères.
Les enchères se passent beaucoup au téléphone. C'était le cas pour la vente du Salvator Mundi de Léonard de Vinci, ce mercredi 15 septembre à New York / © AFP
Les enchères se passent beaucoup au téléphone. C'était le cas pour la vente du Salvator Mundi de Léonard de Vinci, ce mercredi 15 septembre à New York / © AFP

La toile de Léonard de Vinci était jusqu'ici propriété du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, qui préside l'AS Monaco.
Il l'aurait acquis pour 127,5 millions de dollars auprès du marchand d'art suisse Yves Bouvier, qui l'avait lui-même acheté peu de temps avant pour 80 millions de dollars. Il vient de le vendre plus de 400 millions de dollars.
Il demeure que Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier sont engagés dans une bataille judiciaire, le milliardaire accusant le marchand d'art d'avoir pris des marges exorbitantes sur les tableaux qu'il lui procurait. Une affaire qui a provoqué un Monacogate dans la principauté, avec à la clé la démission du directeur des services judiciaires monégasque.
La vente d'hier a offert un bénéfice conséquent au propriétaire de l'AS Monaco, qui ne pourra pas en tout cas prétendre avoir été lésé par le destin.
L'avocat d'Yves Bouvier n'a pas hésité à le souligner avec ironie. "J'avais cru comprendre que M. Rybolovlev se plaignait d'avoir été escroqué par M. Bouvier qui lui aurait survendu des toiles avec des marges délirantes. La vente démontre que ce que M. Bouvier lui avait fait acheter était largement à la valeur qu'il avait payée", a affirmé à l'AFP Me Francis Szpiner.

A lire aussi

Sur le même sujet

Du vrac vers les zéro déchets

Près de chez vous

Les + Lus