Monaco : quand la crise sanitaire liée au Covid n’épargne pas les mariages

Comme les restaurateurs, les propriétaires de bars, les professionnels du mariage pâtissent de la crise sanitaire du Covid-19. Pour certains, le chiffre d’affaires s’est littéralement effondré. La tendance actuelle : comité restreint et budgets resserrés.
 

Les professionnels du secteur du mariage doivent faire face à la crise sanitaire du COVID19
Les professionnels du secteur du mariage doivent faire face à la crise sanitaire du COVID19 © L. Blache-FTV
Comme les professionnels du tourisme, de l’hôtellerie ou de la restauration, les professionnels des mariages ont subi de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19.

"Tout le monde est logé à la même enseigne"

Edward J. Wright est photographe spécialiste de photos de mariage depuis 18 ans à Monaco. Avec la crise sanitaire, il a dû revoir sa façon de travailler pour faire face à une cascade d’annulations de cérémonies ou d’évènements comme le MIPIM.  
 

Sur les petits mariages, il y a moins de demandes. Les fêtes ou soirées sont annulées ou se déroulent en très petit comité. Normalement j’ai une vision à 6 semaines, voire deux mois de ce qui est prévu. Maintenant j’ai une vision à une semaine. Rien qu’aujourd’hui, j’ai encore eu une annulation.

Edward J. Wright Photographe

 

L'une des solutions : la diversification

Béatrice Castelain est responsable d'une boutique de mariage. Face à cette situation très tendue, elle a décidé de revoir son offre pour attirer une clientèle devenue récalcitrante depuis le début de la crise. Elle propose des robes à composer soi-même.

Dans sa boutique, on peut créer son prototype en une heure. Une façon de répondre à une tendance nouvelle : des mariages qui se décident à la dernière minute. Même avec ce concept nouveau, les ventes de robes ont chuté de 90%. La tendance serait néammoins à la reprise des mariages mais en petit comité et avec des budgets de plus en plus serrés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société monaco international famille crise économique économie femmes