Quatre Moldaves arrêtés dans le Var pour trafic de moteurs de bateau volés

Les moteurs étaient volés sur les bateaux dans les ports de plaisance ou dans les parcs où les bateaux sont stockés à sec. / © VALERY HACHE / AFP
Les moteurs étaient volés sur les bateaux dans les ports de plaisance ou dans les parcs où les bateaux sont stockés à sec. / © VALERY HACHE / AFP

Quatre hommes de nationalité moldave ont été mis en examen et écroués dans le Var. La justice les soupçonne d'avoir organisé un vaste trafic de moteurs de bateaux. Des moteurs volés sur les bateaux dans des marinas de la région Paca et revendus ensuite. Le préjudice s'élève à plus de 500 000 euros.

Par Karine Bellifa

Quatre hommes moldaves ont été mis en examen et écroués dans le Var pour un trafic de moteurs de bateaux volés en Provence-Alpes-Côte d'Azur, représentant un préjudice estimé à plus de 500.000 euros. Une femme, moldave elle aussi, a quant à elle été placée sous contrôle judiciaire. Tous ont été mis en examen pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs. Ils ont été interpellés vendredi à Toulon et Hyères, après une enquête menée depuis plus d'un an par la compagnie de gendarmerie de Hyères.
Une partie des moteurs volés. / © Gendarmerie nationale
Une partie des moteurs volés. / © Gendarmerie nationale

Un butin qui partait vers l'Italie ou les pays de l'Est

La bande effectuait régulièrement des raids dans les départements du Var, des Bouches-du-Rhône ou des Alpes-Maritimes et volaient des moteurs de bateaux dans des marinas ou des parcs où les navires sont stationnés à sec. Ils dérobaient également des véhicules utilitaires pour transporter leur butin à destination de l'Italie ou des pays de l'Est. Au total, au moins une cinquantaine de faits leur sont reprochés depuis avril 2014 pour un préjudice de plus de 500.000 euros. Les perquisitions effectuées ont permis aux gendarmes de mettre la main notamment sur du matériel sophistiqué permettant de voler les moteurs et les véhicules. L'enquête se poursuit, notamment avec le soutien de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante, a-t-on encore ajouté.

Sur le même sujet

Les + Lus