La région Paca reconduit son aide à Nice-Matin et se dit prêt à soutenir La Marseillaise

Vendredi 18 décembre à partir de 9h50 suivez en direct l'élection du président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur / © BORIS HORVAT / AFP
Vendredi 18 décembre à partir de 9h50 suivez en direct l'élection du président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur / © BORIS HORVAT / AFP

Le conseil régional, à majorité Les Républicains, a prolongé d'un an son aide financière au groupe de presse Nice-Matin, passé près de la faillite et repris en coopérative et s'est dit prêt à aider le quotidien La Marseillaise. Les élus du FN, seule opposition dans l'hémicycle, ont voté contre.

Par Marc Civallero avec AFP

Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur a prolongé hier, vendredi 16 décembre, d'un an son soutien financier au groupe de presse Nice-Matin, passé près de la faillite et repris en coopérative, et s'est dit prêt à aider le quotidien La Marseillaise. A la suite d'un vote, l'avance de 2 millions d'euros, à taux zéro, accordée au quotidien sera désormais exigible le 17 novembre 2017. Les élus du Front national, seule opposition dans l'hémicycle depuis le retrait de la gauche pour faire barrage à l'extrême droite en 2015, ont voté contre.

Placé en redressement judiciaire en 2014, Nice-Matin, qui emploie environ 800 personnes, avait été repris par ses salariés, sous forme de coopérative. Le groupe a retrouvé l'équilibre financier en 2015 et en mai 2016, les salariés ont entériné le principe d'une entrée au capital à hauteur de 20% du groupe belge Nethys, à travers sa filiale Avenir Environnement.

Pour Christian Estrosi, président du conseil régional,  "le pire pour notre territoire serait la disparition d'un seul média. Le devoir d'une collectivité est d'accompagner la liberté d'expression". "Si nécessaire", il s'est engagé à prendre "les mêmes mesures" pour le quotidien La Marseillaise, proche des communistes, placé en redressement judiciaire fin novembre.

Le conseiller régional FN Frédéric Boccaletti a tonné contre "la prétendue indépendance de la presse à laquelle seuls les naïfs peuvent encore croire" et souligné qu'il n'y avait pas de pluralité car "le groupe Nice-Matin est en quasi-monopole sur sa zone". Le "traitement parfois inéquitable de l'information est en partie à l'origine des problèmes financiers du groupe" qui, "en n'assurant pas une juste couverture de l'actualité, s'attire les foudres d'un lectorat qui apprécie le FN", a-t-il assuré.


Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus