Drogue : découverte d'un immense laboratoire de cocaïne à Rotterdam qui alimentait les Bouches-du-Rhône et le Gard

Une opération menée par la gendarmerie, Europol et la police néerlandaise a permis d'interpeller un chef de réseau et de saisir 50.000 euros. C'est une saisie colossale réalisée en mars dans le sud-est de la France qui a mis les enquêteurs sur la piste de ce laboratoire à taille industrielle.

Les gendarmes, les policiers néerlandais et Europol ont collaboré pour mettre à jour le laboratoire de ce hub qui alimentait l'Europe en coke
Les gendarmes, les policiers néerlandais et Europol ont collaboré pour mettre à jour le laboratoire de ce hub qui alimentait l'Europe en coke © Europol

Le 31 mars 2021, une opération de gendarmerie mobilisant 450 officiers avait permis de saisir 70 kilos de cocaïne et plus de trois millions d'euros en espèces auprès d'un routier lituanien, transitant entre Tarascon (Bouches-du-Rhône) et Beaucaire (Gard). 

Depuis lors, la gendarmerie nationale et la police néerlandaise ont poursuivi leur enquête sur ce dossier appelé "No Name", et retracé la piste de cette cocaïne. Elle a révélé l'existence d'un laboratoire souterrain à échelle industrielle, situé dans la ville de Rotterdam (Pays-Bas), où se ravitaillait ce camion. 

La découverte a eu lieu dans le cadre d'une enquête menée sur EncroChat, une solution de communication numérique chiffrée utilisée par plusieurs organisations criminelles."C'est une découverte très importante, qui a permis de mettre à jour un hub qui servait à transporter de la coke à travers l'Europe", félicite le colonel Lambert, commandant de la section de recherches à Marseille. 

Sur la base des informations d'Europol et de la gendarmerie, les policiers néerlandais ont perquisitionné le laboratoire clandestin le 26 mai, et découvert 50.000 euros en liquide et sept véhicules équipés de compartiments secrets pour transporter la cocaïne dans le reste de l'Europe. 

Une des têtes de ce réseau, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a été interpellé à Rotterdam grâce à la collaboration entre les magistrats français et néerlandais via Eurojust. Lors de la première opération du 31 mars, huit autres individus membres du réseau avaient également été arrêtés.

C'est à Beaucaire, dans le Gard, que les gendarmes avaient pu prendre en flagrant délit le routier lituanien, et constater l'échange de 60 pains de cocaïne pesant 70 kilos contre 1,25 million d'euros en liquide. L'opération avait mobilisé d'importants effectifs de la section de recherches de Marseille Provence Côte-d'Azur, appuyés par le GIGN. 

Les enquêteurs de Marseille étaient sur le coup depuis un an et demi, et ils avaient repéré qu'en marge de son parcours de livraison, le routier lituanien faisait des crochets pour livrer de la drogue dans la région de Tarascon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers société police sécurité