Cet article date de plus de 6 ans

Une finale de toute beauté !

A n'en pas douter, cette finale restera l'une des plus belles jamais disputées ici. Les deux équipes ont livré un bras de fer féroce, dense et d'un niveau de jeu époustouflant. Les outsiders n'ont pas tremblé, et ont bravement battu les grands favoris, un ton sous leur véritable valeur. 
Les grands vainqueurs de ce millésime 2015
Les grands vainqueurs de ce millésime 2015
Les outsiders ont surpassé les favoris. Sans contestation possible, la triplette Patrick Messonnier, Cédric Salvini et Kévin Lellouche a imposé avec panache sa loi. Toujours en tête, jamais elle n'a relâché d'effort et de motivation pour arracher ce sacre Marseillais. Face à eux, Jean-Michel Puccinelli, Vigo Dubois et le prodige Tyson Molinas n'ont pas trouvé la faille de leurs imperturbables adversaires.
Au terme de la troisième mène, les pronostiqueurs revoyaient leur copie : les outsiders non seulement ne se laissaient pas impressionner par la stature des multiples champions d'Europe et du Monde, mais de plus, ils menaient et imposaient leur jeu,et pointaient en tête 6 à 1. Un Tyson un peu timide et un énorme Patrick Messonnier expliquaient cette différence. Et surtout Vigo Dubois ne jouait pas à l'excellent niveau qui est habituellement le sien. 
La septième marque le vrai tournant de cette partie. Impérial toute la partie, le bombardier Kevin Lellouche réussissait deux carreaux, bien secondé par l'impassible et redoutable Cédric Salvini. Un milieu d'une classe impressionnante. Illustration quand en fin de mène, il frappait à deux, offrant à son pointeur Messonnier l'occasion de glisser un troisième point, et d'entamer la huitième mène sur le score confortable de 10 à 2. 
La 9ème a soufflé un vent d'espoir pour l'équipe Puccinelli, alors menée 12 à 2. Tyson retrouvait son bras magique, et démarrait les hostilités par un superbe carreau. Mais ce diable de Messonnier regagnait encore ce point, et Tyson manquait. Deux boules plus tard, la réussite souriait à Kévin Lellouche, qui emmenait le bouchon à l'une de ses boules. Jean-Michel Puccinelli, solide, la frappait. Là, on aurait pu croire à un relâchement de l'équipe qui menait largement : Salvini puis Lellouche s'égaraient bien loin du but, laissant l'occasion inespérée à Vigo de rajouter deux points : 5 à 12.
© France 3 Provence-Alpes

Mais la pression imposée par la formation Messonnier finit par payer. Quand Jean-Michel Puccinelli frappe le point après avoir manqué, le but file vers la ligne de perte, pour s'y arrêter au bord. Deux boules pour Lellouche, et une seule pour Vigo. Point pas beau de Lellouche, que regagne de peu Vigo. Kévin Lellouche alors achevait l'affrontement, en glissant le treizième. Une victoire splendide , pour une équipe qui a impressionné l'ensemble du public. Jusqu'à ses propres adversaires. Vigo ne remporte donc pas une cinquième étoiel, Jean-Michel Puccinelli a enfin passé le cap des demi-finales, et le jeune Tyson Molinas peut relativiser : après cette première finale à 16 ans, nul doute que les années à venir le consacreront Roi de Marseille. 

Résumé de la partie


Résumé de la finale Puccinelli-Messonnier par france3provencealpes

Revoir la finale en intégralité


Voir la finale Puccinelli-Messonnier en... par france3provencealpes


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la marseillaise à pétanque sport pétanque