On vous donne des nouvelles de la tortue alligator recueillie à Carnoules dans le Var

Voilà déjà un an qu'une tortue alligator a pris ses quartiers au village des tortues de Carnoules dans le Var. La star de ce parc a pris 3 kilos et semble être parfaitement adaptée à son nouvel habitat. On vous donne de ses nouvelles !

La tortue alligator a pris ses quartiers au Village des tortues de Carnoules dans le Var en mai 2020.
La tortue alligator a pris ses quartiers au Village des tortues de Carnoules dans le Var en mai 2020. © NEUQUELMAN Séverine FTV

Souvenez-vous. Le 28 avril 2020, une étrange tortue alligator, l’espèce de tortue d’eau douce la plus grosse était retrouvée dans le parc départemental de Vaugrenier dans les Alpes-Maritimes. Alors qu’il s'y promène, un homme tombe sur une macrochelys, une espèce rare et dangereuse appelée "tortue alligator", faisant partie de la faune sauvage.  

Capturée, l'impressionnante tortue alligator avait été acheminée dans le Var, dans le village des tortues de Carnoules, où elle bénéficie depuis d'un bassin de 8 mètres cube.

Le jour de son arrivée en mai 2020 :

La macrochelys était arrivée le 3 mai 2020 au village des tortues de Carnoules.
La macrochelys était arrivée le 3 mai 2020 au village des tortues de Carnoules. © Nathalie Ramirez FTV

Elle est toujours aussi vorace !

Stéphane Gagno, adjoint de direction au Village des Tortues

Lorsque cette macrochelys temminckii est arrivée au village des Tortues, elle pesait 15 kilos, aujourd’hui elle en fait plus de 18. Cet animal préhistorique ne cesse de prendre du poids. Au début, elle était nourrie avec des dizaines de petites truites de 7 centimètres, aujourd’hui, son régime alimentaire a bien changé puisqu’elle dévore de jeunes truites adultes de 15 à 20 centimètres deux fois par semaine.

Il s'agit de poissons vivants qu’elle chasse comme elle le faisait dans son milieu naturel. C’est bon pour son énergie et son moral !

Stéphane Gagno, adjoint de direction au village des Tortues

Photo de la tortue alligator en position d'attaque prise en 2021 au village des tortues de Carnoules.
Photo de la tortue alligator en position d'attaque prise en 2021 au village des tortues de Carnoules. © S. Gagno/Village des Tortues

Elle est toujours aussi vorace.

Stéphane Gagno, Village des Tortues

La tortue alligator représente un danger pour la faune locale, humains compris, car avec sa puissante mâchoire, elle peut facilement sectionner des doigts d'hommes.

Une tortue alligator devenue une véritable icône

La varoise doit avoir entre 15 et 20 ans, mais sachant que ce genre de tortue peut vivre 70 ans, et peser 90 kg, elle est encore aux prémices de sa vie. Depuis son arrivée à Carnoules, elle est devenue la star des lieux, celle que tous les visiteurs veulent voir.

Toujours impressionnante avec sa large tête, tellement imposante qu’elle ne peut rentrer dans sa carapace !

Mais cette tortue est plus qu’une attraction, elle est surtout le symbole de la mise en danger de certaines espèces.

Pour le village des tortues, elle est aujourd’hui un support de communication. Car elle permet de dénoncer la vente et l’achat d’animaux exotiques.

La première cause d’extinction, c’est la baisse de la qualité de l’habitat naturel, la seconde c’est ce commerce qui déséquilibre l’écosystème

Stéphane Gagno, adjoint de direction au village des tortues

L’an passé, 2.000 tortues ont été proposées au centre qui était dans l’incapacité de toutes les accueillir. Dans 70% des cas, il s’agit de tortues d'Hermann. La plupart de ces tortues sont prélevées dans leur milieu naturel, puis elles sont transportées dans des fermes d’élevage en Afrique avant d’être vendues en Europe.

Dans le meilleur de cas, ces tortues abandonnées sont confiées aux parcs et centres de défense des animaux. Dans le pire des cas, elles sont relâchées n’importe où.

Au moment où je vous parle, je suis devant mon ordinateur et je reçois un mail de personnes vivant en Belgique ayant acheté des tortues asiatiques et africaines et qui cherchent à s’en débarrasser. C’est notre quotidien. C’est ainsi que les particuliers participent à l’extinction des espèces.

Stéphane Gagno, adjoint de direction au village des tortues

Il suffit d’un simple certificat de capacité pour acheter toutes sortes de tortues, même les plus dangereuses, comme la tortue alligator. Cette tortue, préhistorique, énorme et agressive est un peu le porte-parole de cette situation.

Reportage le 4 mai 2020 :

Une espèce prédatrice

Pour l’Office Français de la Biodiversité, l’accueil de cette tortue alligator par le Village des Tortues de Carnoules est une très bonne chose.

Tout simplement car elle fait partie des espèces prédatrices qui font des ravages dans la nature.

Il vaut mieux qu’elle soit dans un parc plutôt que dans la nature

Eric Hansen, Office Français Biodiversité.

Lorsque les membres de l’OFB tombent sur ce type d’animaux, ils sont obligés de les tuer pour les empêcher de nuire.

Toutes les fois où l’homme joue à l’apprenti sorcier, ça se passe très mal. Qu’elle ait été capturée et accueillie dans un parc nous convient parfaitement. Le tout, c’est qu’elle soit ailleurs que dans la nature.

Eric Hansen, Office Français Biodiversité

Le nouveau projet du Village des Tortues

Il s’agit d’un  bassin pour les tortues de Floride qui en accueillera plus d’un millier. Il devrait être terminé d’ici la réouverture du parc prévue pour la mi-mai ou début juin, en fonction évidemment de la situation sanitaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
zoo animaux nature histoire culture patrimoine