Confinement à Hyères : la vidéo de ce restaurateur varois, contraint à nouveau de fermer son établissement, fait le buzz

Terrasse et pergola neuves, l'hôtelier va à nouveau baisser le rideau. La vidéo postée après les nouvelles annonces gouvernementales a été vue 50 000 fois, le restaurateur se dit "roi du timing". 

Depuis que David Cozette a reprit l'établissement, il a seulement pu ouvrir l'été 2020.
Depuis que David Cozette a reprit l'établissement, il a seulement pu ouvrir l'été 2020. © MARTINIKY ALI / FTV

Fraîchement propriétaire de l'hôtel-restaurant Bor, le commentateur de basket affiche son désarroi avec un ton sarcastique. Pour David Cozette, ce nouveau confinement a un goût amer.

Le restaurateur a reçu de nombreux messages de soutien après sa vidéo vue près de 50 000 fois. "Bon courage, ainsi qu'à tous les commerçants frappés par ce confinement, belle autodérision. Et la réouverture n'en sera que plus belle surtout à l'endroit où se trouve votre établissement. Tenez bon", peut-on lire en-dessous de la vidéo.

Roi du timing

L'an dernier, l'hôtel-restaurant avait ouvert ses portes le 11 mars pour fermer le... 17 mars.

Ça fait deux années de suite qu'on vit la même chose. On prépare tout pour l'ouverture et on est obligé de fermer juste après. C'est fatigant !

David Cozette, propriétaire de l'hôtel Bor à Hyères

Même si, dans l'absolu, les hôtels peuvent ouvrir, David Cozette ne s'y retrouverait pas :"vu que personne ne se déplace, économiquement ça ne tient pas. Il n'y a pas assez de monde pour ouvrir, pour 5 ou 6 nuitées, ça ne vaut pas le coup", explique-t-il.

Reprise en janvier 2020

Après une carrière de commentateur sportif, David Cozette s'est installé en bord de mer et est devenu hôtelier. Deux activités à l'arrêt en ce moment. "J'espère pouvoir reprendre mon activité de commentateur. C'est sûr qu'entre le restaurant et les matchs, ça fait beaucoup".

Dans un cadre idyllique, David Cozette avait embauché douze salariés pour la période, dans l'espoir d'une belle avant-saison : "cet hiver, on a tout refait, on a agrandi la pergola pour nous permettre d'ouvrir au printemps et à l'automne. C'est un peu raté", raconte t-il. En temps normal, l'hôtel affiche un taux de remplissage de 50%, il était seulement de 10% avant les annonces.

Les 20 chambres de l'hôtel Bor sont en attente de clients.
Les 20 chambres de l'hôtel Bor sont en attente de clients. © MARTINIKY ALI/ FTV

Malgré une énième fermeture, le restaurateur reste positif : "heureusement on a fait un bel été, l'an dernier, on a hâte de pouvoir retravailler". Il lui faudra patienter encore quatre semaines pour connaître la date d'autorisation de déplacement entre régions, condition pour une prochaine réouverture.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société basket-ball sport tourisme