• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Brigitte Bardot veut éviter “les connards” à son enterrement et sur sa tombe

Brigitte Bardot chez elle à La Madrague. Elle nous y avait reçu en 2017. / © France 3 Côte d'Azur
Brigitte Bardot chez elle à La Madrague. Elle nous y avait reçu en 2017. / © France 3 Côte d'Azur

"Une foule de connards risquerait d’abîmer la tombe de mes parents", et c'est pour cela que Brigitte Bardot sera enterrée chez elle dans le Var. L'actrice, grande défenseuse des animaux vient d'en faire la déclaration dans la presse.

Par @annelehars

Dans un article publié par le journal Le Monde, la star varoise Brigitte Bardot révèle qu’elle souhaite être enterrée dans sa propriété La Madrague à Saint-Tropez,.


Elle en aurait formulé la demande aux autorités, qui ont accepté.

J’ai choisi un petit coin, proche de la mer, qui a été entériné par les autorités", explique Brigitte Bardot​ dans son interview. 


Quant à ses raisons, elles sont claires et sans appel : " Je préfère reposer là que dans le cimetière de Saint-Tropez, où une foule de connards risquerait d’abîmer la tombe de mes parents et de mes grands-parents. Je veux qu’on leur foute la paix !"

Polémique sur la défense des femmes :

Brigitte Bardot a critiqué la dénonciation du harcèlement sexuel par des actrices. Interrogée par Paris Match, BB répond : "Concernant les actrices, et pas les femmes en général, c'est, dans la grande majorité des cas, hypocrite, ridicule, sans intérêt. Cela prend la place de thèmes importants qui pourraient être discutés. Il y a beaucoup d'actrices qui font les allumeuses avec les producteurs afin de décrocher un rôle. Ensuite, pour qu'on parle d'elles, elles viennent raconter qu'elles ont été harcelées ?"

Marlène Schiappa a réagi :
"C'est triste, évidemment, venant d'une icône féminine, mais on connaît les positions de Brigitte Bardot. Elle s'occupe très bien de la défense des animaux. Il faudrait peut-être qu'elle se concentre sur cela", précise Marlène Schiappa dans une interview publiée par le quotidien gratuit CNews matin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les "jeunes ambassadeurs" du cinéma indépendant à Cannes

Les + Lus