Les complexes aquatiques de Brignoles et Cassis fermés en raison de l'augmentation du prix de l'énergie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult .

La société qui gère les piscines en délégation de service public et dont le siège est situé en Normandie estime que la hausse des prix de l'énergie ne lui permet plus d'assumer l'exploitation de la plupart de ses sites.

Aquavabre... Un complexe aquatique qui existe depuis 2016 à Brignoles et qui compte des abonnés, des visiteurs et des scolaires pendant l'année.

En ce 5 septembre, impossible d'entrer dans l'enceinte du bâtiment, la porte est close. Les quelques explications sont affichées sur les murs et sur les réseaux sociaux.

Une fermeture temporaire, une réouverture sine die  

"Les hausses du coût de l'énergie que nous subissons tous ne nous permettent plus aujourd'hui de gérer les équipements de manière équilibrée économiquement et pérenne socialement et ainsi mener à bien nos missions de service public".

Si cette hausse était impactée sur le prix d'entrée dans les établissements, ces derniers seraient multipliés par trois. C'est impensable !

Vert Marine, exploitant de la piscine

Voilà qui fait réagir les abonnés, venus pour leur cours d'aquagym.

"Ils ont décidé de fermer, c'est un manque total de respect pour les usagers de la piscine. Ils ont les mails de tout le monde, ils nous ont annoncé une augmentation des cotisations" indique un nageur abonné.

Eliane déclare être en colère, d'autant qu'aucune date n'est indiquée pour la réouverture.

Deux complexes fermés en Paca

Brignoles n'est pas la seule commune concernée en Provence-Alpes Côte d'Azur. Quelques jours à peine après avoir lancé ses offres de rentrée sur les réseaux sociaux, le Stade Nautique Cap Provence à Cassis a publié un courrier de Thierry Chaix, le président de Vert Marine, pour annoncer la fermeture du site, pour une durée indéterminée.

Vert Marine a décidé de de fermer une trentaine de complexes aquatiques, soit un tiers de ceux qu'elle exploite.

La société existe depuis 30 ans, et il peut la perdre en deux mois explique t-il, chiffres à l'appui.

En janvier, on achetait le kilowatt/heure à 100 euros, il était à 250 en juillet, c'est passé à 500 en août. Ce qu'on va payer en un mois, c'est ce qu'on payait à l'année, il fallait arrêter l'hémorragie, on a été obligé de précipiter le mouvement en attendant de prendre des décisions.

Thierry Chaix, président de Vert Marine

Un coup de pression pour le maire de Brignoles

Et pour Didier Brémond, maire DVD de la commune varoise, qui également président de l’agglomération Provence Verte, cela ressemble à un coup de pression sur les pouvoirs publics. Il a été mis devant le fait accompli ce dimanche, par mail.

On avait des réunions avec Vert Marine qui étaient actées pour le 22 septembre, donc je suis surpris de la manière. C'est vrai qu'il y a un souci sur l'énergie et cette augmentation pénalise. En l'occurrence, sur notre piscine à nous, le délégataire ne perd pas d'argent, ce n'est pas un sujet sur Brignoles, c'est une stratégie. Jeudi il y a une réunion au ministère de l'Economie sur le sujet, je pense que c'est une action nationale pour mener les discussions à bon terme.

Didier Brémond, maire de Brignoles.

Les choses auraient pu être faites autrement, conclut le maire qui n'attend qu'une chose : la réouverture du centre, le plus rapidement possible.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité