CARTE. Feu de Canjuers : ces incendies déclenchés par des tirs d'exercices militaires

L'incendie qui s'est déclaré samedi dernier sur le terrain militaire de Canjuers (Var) a ravagé près de 1800 hectares. Ce n'est pas la première fois que des exercices militaires sont à l'origine de feux dévastateurs.

Dans le camp de Canjuers, samedi 18 juin, le feu est parti d'un tir d'artillerie exécuté dans une zone d'entraînement dite "polluée". La présence d'obus non explosés sur le terrain a rendu la mission des pompiers plus difficile et périlleuse. Un soldat du feu a été légèrement blessé par un éclat d'obus qui a traversé le pare-brise de son camion. 

Avec ses 35.000 hectares répartis sur les hauts plateaux du nord varois, le complexe militaire dracenois est le plus grand d'Europe occidentale, situé à des dizaines de kilomètres des habitations.

L'incendie est désormais maîtrisé mais il a détruit 1800 hectares de végétation en partie dans le Parc naturel régional du Verdon. "Le feu a détruit des secteurs de grande biodiversité aux portes d'une des pépites naturelles de France, un grand site dont les paysages et la biodiversité sont mondialement reconnus", a déploré le Parc dans un communiqué.

Deux enquêtes ont été ouvertes, l'une par le parquet de Marseille "du chef de destruction involontaire par incendie", l'autre par le parquet militaire. 

Le bilan sur l'environnement est lourd et ce n'est pas la première fois. Retour sur les incendies qui ont été déclenchés par des exercices militaires ces dernières années. 

Localisez ces incendies sur notre carte. 

Saint-Cyr Coëtquidan, Morbihan

Onze hectares de végétation ont été ravagés par un incendie le 18 juin sur le camp militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, à Guer, dans le Morbihan. Une vingtaine d'autres hectares ont été menacés.  

Le feu s'est déclaré dans un champ de tir situé au nord du lieu-dit La Ville-aux-vents, proche des écoles militaires. Son origine est inconnue mais selon les pompiers, il ne serait pas liée à une activité militaire. L'armée a précisé de son côté qu’aucun tir n’avait eu lieu sur le site durant cette journée de samedi, tous les exercices étant terminés depuis la veille à 11h.

Le 24 novembre 2021, 7 hectares ont brûlés, le feu aurait débuté sur la partie sud du camp, une zone qui est dédiée aux manœuvres militaires. 

Camp de Casta, Haute-Corse

Un feu de maquis s'est déclaré le 7 juin sur la commune de Santu Petru di Tenda, dans les Agriate. Les flammes ont parcouru 35 hectares de végétation.

Le départ de feu pourrait être lié à des tirs de mortier pendant des manoeuvres du 2e Rep de Calvi sur le champ de tir militaire de Casta. 

Camp de Captieux, Gironde

Le 4 septembre 2020, 450 hectares sont partis en fumée dans le camp militaire de Captieux, en Gironde. L'incendie a pris dans un camp situé dans la forêt des Landes de Gascogne.

Ce terrain sert de site d'exercice au tir pour des appareils de l'armée de l'air. Le feu a pris après un tir de munitions.

Déjà en mars 2017, dans ce même camp de Captieux, 1 300 hectares de végétation ont été détruits dans l'enceinte du camp. 

En juillet de la même année, au même endroit, ce sont  500 hectares qui ont brûlé. L'incendie a cette fois encore été déclenché par un tir de missile air-sol, selon l'armée.

Enfin, en 2014, un feu a dévasté 750 hectares dans ce camp militaire de Gironde.

Mailly-le-camp, Marne

Le 7 septembre 2020, un incendie s’est déclenché sur une zone de tir du camp militaire de Mailly dans la Marne, près de Paris.

Le feu a détruit trois hectares de végétation près de Saint-Ouen-Domprot. En août 2003, 400 hectares ont été détruits par un incendie qui avait duré plusieurs jours sur ce même camp militaire.

Camp de Suippes, Marne

Le 26 juin 2019, un feu a pris sur le camp militaire de Suippes, dans la Marne. Bilan : 320 hectares parcourus par les flammes, 40 hectares brûlés.  L'hypothèse d'un tir n'a pas été retenu car il n'y a pas eu de tir dans la zone au moment des faits. Une zone rouge est restée inaccessible aux pompiers en raison de présence d'obus de la guerre 14-18.

Camp de Meucon, Morbihan

Le 25 février 2019 un feu causé par un tir d'artillerie s'est déclaré dans la zone d'entraînement du camp militaire de Meucon, près de Vannes, dans le Morbihan. Le feu s'est propagé au sous-bois. Bilan : 50 hectares de végétation brûlés. La présence éventuelle de mines sur le terrain a rendu difficile le travail des pompiers.

Camp de Carpiagne, Marseille

Les Marseillais ont tous en mémoire le feu qui a embrasé les calanques aux portes de Marseille le 22 juillet 2009. Bilan : plus de 1.000 hectares brûlés en trois jours, deux blessés, une maison dévastée, et de nombreux jardins détruits. 

Le feu avait pris derrière la butte d’un des champs de tirs du camp militaire, après une séance de tirs au cours de laquelle des balles traçantes (munies d'un dispositif pyrotechnique) ont été utilisées, alors que leur usage était interdit en été.

Le sous-officier du Régiment Etranger (RE) d’Aubagne, Philippe Fontaine, 48 ans, dirigeait l’exercice. Le légionnaire a été mis en examen pour “destruction involontaire par incendie de forêt de nature à causer un dommage irréversible à l’environnement et pour blessures involontaires”. Le 19 janvier 2015, il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille.