Un coiffeur du Var lutte contre la marée noire de l'île Maurice grâce aux incroyables vertus des cheveux

Le 25 juillet, un navire heurte un récif près des côtes de l'île Maurice, des centaines de tonnes de fioul s'échappent. Aujourd'hui, les Mauriciens remplissent les salons de coiffure. Ils suivent les conseils d'un coiffeur du Var. Ensemble, ils absorbent les hydrocarbures avec des cheveux. 
Ces pêcheurs mauriciens placent des boudins de protection faits à la main pour protéger leur île des hydrocarbures
Ces pêcheurs mauriciens placent des boudins de protection faits à la main pour protéger leur île des hydrocarbures © Laura Morosoli / AFP
Le coiffeur Thierry Gras donne la moitié de son stock de cheveux aux Mauriciens. Soit vingt tonnes. Pour être plus fort qu'une marée noire.

Il faut tasser les cheveux dans des collants, ou des sacs de jute, et les cheveux "atsorbent" le gras. "Ils n'absorbent pas, ils atsorbent", explique Maeva Monnier, scientifique chez Ecoscience. "Le gras se glisse sous les écailles, et on peut vraiment le séparer".

Il y a 5000 ans, les Mongols faisaient du feutre avec des cheveux. Les Japonais les ont utilisés pour des pinceaux. 
En France, les nobles s'essuyaient les mains sur les cheveux de leurs serfs. C'est dégoûtant mais apparemment efficace.

Et puis nous avons oublié les vertus du cheveu pour celles du plastique.
N'oubliez pas de préciser "Pas trop court" à ce coiffeur
N'oubliez pas de préciser "Pas trop court" à ce coiffeur © Elodie Pepin / FTV
Le salon de coiffure de Thierry Gras se situe à Saint-Zacharie, dans le Var. Il monte son association Coiffeurs Justes en 2015. Aujourd'hui, 3300 salons y adhèrent et lui envoient leurs "chutes" de cheveux. La matière première arrive de toute la France mais aussi de Belgique et de Suisse. Bientôt, le Portugal et l'Allemagne devraient s'y mettre.

"C'est ça ou la poubelle. Les cheveux représentent la moitié de la poubelle d'un coiffeur ", explique Thierry Gras. "Alors que cette matière peut aussi être utilisée comme engrais, ou isolant, on fait même des tapis de cheveux contre l'érosion."
 
Vue satellite de la catastrophe prise le 12 août. Le navire est toujours là et menace toujours de se couper en deux. Il s'est échoué le 25 juillet.
Vue satellite de la catastrophe prise le 12 août. Le navire est toujours là et menace toujours de se couper en deux. Il s'est échoué le 25 juillet. © HANDOUT / SATELLITE IMAGE ©2020 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP
Lorsque la marée noire touche l'île Maurice, Thierry Gras est contacté. Il est un peu connu depuis le passage d'un reportage sur la chaîne France 24. Le navire contient 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes d'huile lourde. Le Varois explique aux Mauriciens comment confectionner des boudins avec des cheveux. 

Le navire ne s'est pas cassé en deux, sa marchandise d'hydrocarbures a été pompée. Mais les fuites ont déjà fait beaucoup de mal. Avec des boudins remplis de cheveux, les hydrocarbures vont être absorbés, en mer et sur les côtes.  

"J'aurais aimé y aller mais ils bloquent les touristes", regrette Thierry Gras. Il décide d'envoyer 20 tonnes de cheveux, la moitié de son stock. Etant donné qu'ils ont tous été coupés avant l'épidémie de Coronavirus, ils sont acceptés par l'île Maurice.
Une autre association humanitaire Octopus, se charge du transport. Les démarches administratives sont longues mais semblent arriver à leur terme.

Les Mauriciens n'attendent pas le stock de Coiffeurs Justes pour commencer à défendre leur terre. Ils ont déjà fabriqué des boudins, avec des dons venus de la Réunion et leurs propres cheveux. 
 
Quelque soit l'âge, la raideur, les bouclettes, la couleur, les cheveux ont tous les mêmes vertus
Quelque soit l'âge, la raideur, les bouclettes, la couleur, les cheveux ont tous les mêmes vertus © Elodie Pepin / FTV

Cette activité humanitaire prend de plus en plus d'ampleur. Thierry Gras est invité à Londres, en Suisse et même au Congrès mondial de la nature (UICN) à Marseille. Bientôt, il n'aura peut-être plus le temps de coiffer. 

Il aimerait consacrer encore plus de temps à son association. Son objectif : "qu'on ne jette plus un seul cheveu sur la planète".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société pollution environnement