Double crash d'hélicoptère dans le Var : qui étaient les cinq militaires tués ?

L'Armée de Terre a révélé l'identité et les portraits des victimes de l'accident d'hélicoptères survenu ce vendredi dans le Var. / © Armée de Terre
L'Armée de Terre a révélé l'identité et les portraits des victimes de l'accident d'hélicoptères survenu ce vendredi dans le Var. / © Armée de Terre

Les cinq victimes de l'accident entre deux hélicoptères Gazelle de l'armée, ce vendredi dans le Var, étaient des militaires expérimentés, officiers de l'armée de Terre.

Par Michel Bernouin

L'Armée de Terre a diffusé les biographie des cinq officiers décédés ce vendredi dans le Var, lors du crash des deux hélicoptères dans lesquels ils volaient. Ils étaient tous des pilotes expérimentés de l’aviation légère de l’armée de Terre.


Capitaine Patrick VASSELIN

© Armée de Terre
© Armée de Terre

52 ans, marié, père de quatre enfants.
Mort en service dans un vol d’instruction. Il totalisait 5.400 heures de vol.

Militaire depuis 33 ans, pilote d’hélicoptère d’attaque, il s’était illustré notamment lors de l’opération Daguet en 1990 en Arabie Saoudite, lors de sept missions de reconnaissance offensive, mais également lors d’opérations au Kosovo et en République de Côte d’Ivoire.

Ce "travailleur inlassable " était un chef de patrouille et un moniteur très expérimenté qui savait transmettre "avec enthousiasme et pédagogie son savoir-faire aux jeunes pilotes".

Officier passionné par son métier, il est apprécié pour son goût de l’effort et son exemplarité en toutes circonstances



Lieutenant-colonel  Stéphane CHAON

© Armée de Terre
© Armée de Terre

44 ans, marié et père d’une fille.
Mort en service. Il totalisait 2.500 heures de vol.

Militaire depuis plus de 23 ans, il est décrit comme "volontaire et perfectionniste", "excellent chef de patrouille".

Particulièrement expérimenté, il possède une excellente maîtrise technique et tactique et s’investit dans l’instruction qu’il affectionne tout particulièrement.


Il avait rejoint l’école franco-allemande au Cannet-des-Maures en 2009 en qualité de chef de cellule gestion des moyens, puis en tant que responsable de l’organisation des tirs.


Capitaine François MILLE

© Armée de Terre
© Armée de Terre

35 ans, marié et père de deux enfants.
Mort en service. Il totalisait 3.100 heures de vol.

Militaire depuis seize ans, pilote d’hélicoptère depuis 2003, engagé en République de Côte d’Ivoire dans le cadre de l’opération Licorne comme pilote de combat sur Gazelle. Il a aussi servi en République de Côte d’Ivoire, en Afghanistan et "à de nombreuses opérations aériennes dans des conditions délicates en territoire hostile".

Ses compétences techniques et ses connaissances tactiques contribuent à l'excellente réalisation des missions opérationnelles qui lui sont confiées et font de lui un élément moteur au sein de son unité.


A l’été 2012, il est affecté à l’Ecole de l’aviation légère de l’armée de Terre au Cannet-des- Maures. "Motivé et soucieux d’aller toujours de l’avant, il obtient la même année sa qualification de moniteur sur hélicoptère de reconnaissance et d’attaque".

Très attaché à la qualité de la formation dispensée et doté d’une riche expérience, il s'impose naturellement auprès des stagiaires. Sa disponibilité et son investissement personnel sont unanimement appréciés et reconnus.



Lieutenant Sébastien GREVE

© Armée de Terre
© Armée de Terre

30 ans, marié, père de quatre enfants.
Mort en service dans un vol de formation en vue d’obtenir une nouvelle qualification. Il totalisait 900 heures de vol dont 200 de nuit.

Militaire depuis neuf ans, pilote de combat sur Gazelle depuis 2011 et officier de renseignement, il est reconnu pour "sa rigueur et son comportement exemplaire ". Il est également décrit par sa hiérarchie comme un "officier d’une grande droiture morale".

Engagé en opération extérieure en République Centrafricaine, de l’opération Sangaris d’octobre 2014 à février 2015 en tant que pilote sur Gazelle Viviane, il fait preuve à la fois d’endurance, de rusticité, de professionnalisme et de sérénité sachant ainsi s’adapter à toute situation et faire face aux missions complexes qui lui sont confiées.



Capitaine Quentin GIBERT

© Armée de Terre
© Armée de Terre

29 ans, marié.
Mort en service. Il totalisait 1.100 heures de vol, dont 260 de nuit.

Militaire depuis dix ans, il avait été projeté de janvier à avril 2014, au Mali dans le cadre de l’opération "Serval" en qualité de pilote sur hélicoptère Gazelle.

"Enthousiaste et dynamique", il possédait aussi "d’excellentes qualités humaines et techniques" selon sa hiérarchie militaire.

Sa rigueur et son calme lui permettent de s’illustrer lors de missions de reconnaissances périlleuses en vallée d’Ametetaï.




A lire aussi

Sur le même sujet

conflit des salariés de McDonald's Saint-Barthélémy

Les + Lus