Polémique : l'hippopotame du cirque Muller est-il maltraité ? Un rapport contredit l'association qui a donné l'alerte

Publié le
Écrit par Elise Regaud et Corentin Alloune

Le signalement de One Voice, pour des faits de maltraitance sur Jumbo, du cirque Muller, est par un rapport d'expertise demandé par le procureur de Draguignan. Le cirque a décidé de porter plainte contre l'association.

"La fin de cette affaire est une libération intense, car la crainte d'une saisie probatoire n'existe plus", raconte avec soulagement John Muller, responsable animalier du cirque.

Jumbo l'hippopotame, qui voyage avec lui depuis des années, est passé à la loupe d'experts animaliers pour établir un rapport pour constater les conditions de vie du mammifère. Verdict ? Aucune maltraitance animale sur Jumbo. 

"Jumbo ne souffre pas de stress"

Le rapport d'expertise vétérinaire vient de tomber : l'animal ne subirait pas d'actes de maltraitance. "Jumbo ne souffre pas de stress et vit dans de bonnes conditions. Il n’y a aucun souci", assure John Muller, responsable animalier du cirque. Depuis 2017, l’association One Voice attaque le cirque pour maltraitance envers le mammifère. "Mais elle ne cherche qu’à faire du buzz… S’il n’y a plus de cirque, son association n’existe plus", témoigne le responsable animalier du cirque Muller.

Mais l'association ne veut pas en rester là : "Nous n'avons pas encore vu le rapport d'expertise. Une fois reçu, nous l'étudierons et nous verrons ensuite ce que nous ferons", détaille Muriel Arnal, présidente fondatrice de l'association One Voice.

Elle suit cet animal depuis 2017 : "Même quand Jumbo sera mort dans le camion, nous continuerons. Nous ne sommes pas prêt d'abandonner", insiste-t-elle. Elle compte notamment étudier point par point le rapport afin d'évaluer si tous les éléments de sécurité ou de mise aux normes - notamment du bassin de l'animal.

Rappel des faits

Le 26 octobre à Trans-en-Provence, l'association de protection des animaux One Voice publie des images avec le hashtag #SauvonsJumbo. On y voit l'animal se cogner les dents contre la paroi métallique d'un bassin.

Il n'en fallait pas plus pour faire réagir les internautes, choqués par les images qu'ils viennent de visionner. Pourtant, le responsable du cirque, John Muller explique à l'époque qu'il s'agit d'un comportement naturel.

"Ils ont des défenses qui grandissent donc ils tapent par terre, ça les soulage. Ils peuvent autant taper sur la tôle que contre un arbre, ce sont des gestes naturels", racontait-il. 

Ce n'était pas la première fois que One Voice pointait du doigt les conditions de vie de l'animal sauvage. La justice avait même déjà tranché dans cette affaire en janvier 2020, jugeant qu'il n'y avait pas d'acte de maltraitance à l'encontre de Jumbo.

A l'époque, la famille Muller a bénéficié d'une relaxe pour l'infraction de mauvais traitements. Pourtant, le cirque avait aussi été condamné pour le maintien d'un animal sauvage dans un environnement pouvant être cause de souffrance, pour utilisation d'un mode de détention inadapté pouvant causer des blessures. Mais aussi pour souffrances et pour l'exploitation irrégulière d'établissements détenant des animaux non-domestiques. 

One Voice avait déposé deux plaintes le 27 octobre dernier auprès du parquet de Draguignan pour infraction à l'exploitation régulière du code de l'Environnement, et mauvais traitements commis par un professionnel sur l'hippopotame et les autres animaux du cirque.

Le cirque porte plainte 

"Nos experts des hippopotames nous ont attesté qu'il allait très mal. L'un d'entre eux nous a même dit qu'il vaudrait mieux qu'il soit euthanasié plutôt qu'il reste là ! Ils sont aussi inquiets de la dangerosité de Jumbo..." poursuit Muriel Arnal.

Face à cette réaction, John Muller est sans voix : "Il y a quatre ans, un de leurs experts est resté seulement 45 minutes pour examiner l’animal. L’expert qui est venu, à la demande du parquet de Draguignan, est resté trois heures. Bref, aujourd’hui cette histoire est finie."

Pour autant, l’affaire est loin d’être terminée. Le cirque a décidé de porter plainte contre l’association One Voice pour diffamation.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité