La cause animale s'affiche sur un tramway de Marseille : une sensibilisation signée PETA

Publié le
Écrit par Chloë Arzouni .

L'association de défense des animaux Peta lance une campagne de sensibilisation sur un tramway à Marseille à l'occasion de la Journée Internationale de la non-violence, le 2 octobre prochain.

Si vous empruntez la ligne T2 du Tramway à Marseille ( Arenc-Le Silo/ La Bancarde), vous l'aurez sûrement remarqué, votre rame a été habillée avec des photos d'animaux. C'est dans le cadre d'une campagne de sensibilisation à la cause animale, "l'antispécisme" .

Le spécisme est une "idéologie qui postule une fausse supériorité de l’être humain sur les autres animaux pour justifier leur exploitation", selon l'association Peta (People for the Ethical Treatment of Animals). Un système de pensée combattu par l'organisation et ses militants. 

L'association a lancé cette campagne de sensibilisation à l'occasion de la journée internationale de la non-violence, le 2 octobre prochain. "On cherche à sensibiliser le plus grand nombre. On a choisi Marseille car on avait l'opportunité d'habiller une rame de tramway entière pendant deux semaines", explique Anissa Putois, responsable de la communication de Peta France.

"L'alimentation est un sujet qui affecte tout le monde, sur tout le territoire", poursuit-elle. Pas de raison particulière pour cibler Marseille dans cette campagne donc. Mais cette action n'a pas laissé les marseillais indifférents.

"Mercredi dernier, des militants étaient présents dans le tramway pour le lancement de la campagne et ils ont été très bien accueillis par les usagers des transports marseillais, rapporte Anissa Putois. Les personnes étaient très curieuses, nous avons aussi été contactés sur les réseaux sociaux, le public nous a félicités pour cette campagne de sensibilisation."

Un militantisme plus doux, qui génère un accueil positif

Jeff a participé à cette action de sensibilisation dans le tramway. "Les filles étaient déguisées, moi j'étais là en tant que support logistique. Elles portaient des pancartes avec des message et tout s'est bien passé du début de la rame jusqu'au terminus de la Blancarde," constate ce militant vegan. Jeff est vegan depuis cinq ans. Pour ce professeur d'EPS, ce mode de vie n'impose aucune carences alimentaires et il veut le faire savoir.

C'est pourquoi il milite au sein de plusieurs organisations vegan. L'opération de l'association Peta à Marseille lui a particulièrement plu. "Ca n'était pas une action coup de poing, c'était vraiment bon-enfant. On a eu de bons retours des passagers du tramway," se réjouit le militant. "On a vraiment eu l'occasion de générer de la curiosité, d'entamer la discussion, plutôt que de provoquer des réactions négatives."

Un retour positif éloigné du sensationnel propre aux actions dans les manifestations vegan, qui ont tendance, selon Jeff, à "provoquer plus de réaction agressives, un débat houleux plutôt que du dialogue, cela crée de l'incompréhension et les gens ne perçoivent que le côté négatif du veganisme. Je n'ai plus envie de ça." 

C'est pour cette raison que Jeff a choisi cette forme de militantisme avec l'association Peta. Il souhaite aussi répandre son message anti-spéciste par la voie artistique. "Depuis quelques années, j'organise des 'craies vegan' : on écrit des messages pour promouvoir le veganisme par le dessin. Ca marche quand je le fais à Marseille. J'ai choisi un militantisme plus doux." A l'image de cette campagne photographique sur le tramway marseillais. Elle sera visible jusqu'au 4 octobre. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité