Témoignage. "Je me suis dit, qu'est-ce qu'il va m'arriver ?" Un chasseur du Var déclare avoir été attaqué par un loup et ouvre le feu

Publié le Mis à jour le Écrit par Martin Falaizeau et Maxime Meuneveaux

Après un coup de feu tiré par un chasseur qui s'est retrouvé nez à nez avec, selon lui, un loup, une enquête a été ouverte ce mardi 2 janvier par l'Office français de la biodiversité. L'incident s'est produit aux abords du village de Lorgues, dans le Var.

Marc Taravello a passé une journée mouvementée. Très tôt ce mardi 2 janvier matin, le chasseur se promène à l'orée d'un bois de la commune de Lorgues, dans le Var, quand sa chienne se met soudainement à grogner. "J'entends grogner dans mon dos aussi, raconte Marc Taravello, je me retourne, j'avais le loup qui était derrière moi, qui me regardait avec ses babines..."  

Pris de panique, Marc Taravello s'empresse alors de charger son fusil, posé à côté de lui. "Pour me défendre, assure-t-il, avant d'ajouter : je me suis dit : qu'est-ce qu'il va m'arriver ?!" La suite des évènements est inquiétante. 

Au moment où j'ai fermé le fusil, il m'a bondi dessus. J'ai fait péter un coup en l'air et je n'ai plus rien vu.

Marc Taravello, chasseur

L'animal s'enfuit ensuite dans la forêt. Impossible de savoir s'il a été blessé ou non par le tir du chasseur. Dans la foulée, ce dernier se rend au poste de gendarmerie de Lorgues, où il est auditionné par les fonctionnaires de l'Office français de la biodiversité (OFB).

Les faits sont pris au sérieux par les services de l’OFB, la présence du loup dans ce secteur étant avérée, comme le précise la préfecture du Var.

Une enquête ouverte

Une enquête est immédiatement ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de l'incident. De son côté, convaincu qu'il s'agissait d'un loup, Marc Taravello souhaite alerter sur leur dangerosité. 

"Le loup prend trop d'ampleur ici. Un jour ou l'autre, il se passera peut-être quelque chose sur un être humain ou un chien... Il faut le dénoncer", estime-t-il. Marc Taravello se réfère notamment à une attaque de loup qui a blessé ou tué 17 moutons dans des vignes il y a une dizaine de jours.  

Dans un communiqué, la préfecture précise que "des recherches sont menées grâce à un chien de recherche au sang pour tenter de retrouver l’animal blessé ou mort et collecter d’éventuelles traces biologiques appartenant au canidé impliqué et permettant de l’identifier génétiquement. Des analyses seront ensuite lancées dans ce cadre."

Des investigations complémentaires sont nécessaires afin de confirmer si l’animal était bien un loup, et non un chien,  et de comprendre les raisons qui auraient généré cette interaction avec cet animal.

Les chasseurs veulent changer la réglementation

En réponse à ces incidents qui sont de plus en plus fréquents selon eux, les chasseurs appellent à une autre régulation de l'espèce. Depuis la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe, adoptée par le Conseil de l'Europe à Berne en 1979, les loups sont très strictement protégés. 

Pour le président de la Fédération de chasse du Var Laurent Faudon, la mésaventure de Marc Taravello peut être un levier d'action pour la modification de la réglementation en vigueur. "Pour le moment, on n'avait pas eu d'attaque de loup sur une personne. Si maintenant, ils attaquent les personnes... Peut-être qu'aujourd'hui, c'est le fait [qu'on attendait]. Ça fait longtemps qu'on le dit nous...", défend-il.    

Récemment, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé de changer le statut de protection du loup. Cela a provoqué un tollé chez les défenseurs de la biodiversité.

Sur environ 1 100 loups dans l'Hexagone, "à peu près deux tiers vivent dans la région Paca", jaugeait en septembre dernier Éric Hansen, directeur de l'OFB Paca et Corse.

En ce début d'année 2024, le nombre de meutes de loups est évalué à 24 dans le Var. Il y en aurait une quinzaine dans les Alpes-Maritimes. 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :