• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine dans le Var : l'essentiel des déclarations notamment sur les Gilets jaunes

Poutine "ne veut pas d'une situation telle que celle des gilets jaunes" au sujet de manifestations à Moscou. / © GERARD JULIEN / AFP / POOL
Poutine "ne veut pas d'une situation telle que celle des gilets jaunes" au sujet de manifestations à Moscou. / © GERARD JULIEN / AFP / POOL

Emmanuel Macron reçoit ce lundi 19 août le président russe Vladimir Poutine dans le Var au fort de Brégançon pour balayer les grands dossiers diplomatiques en amont du sommet du G7 le week-end prochain. Les Gilets jaunes se sont invités dans leurs échanges.

Par @annelehars

Quelques jours après avoir présidé les cérémonies du 75e anniversaire su Débarquement en Provence, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine toujours dans le Var.

Le maître du Kremlin est attendu au fort de Brégançon, résidence du président français en ce mois d'août, vers 16H.

► Regardez les déclarations des deux chefs d'Etat au fort de Brégançon : sur FranceInfo

La petite phrase de Vladimir Poutine :

 "Emmanuel Macron a eu la gentillesse de mettre à l'ombre l'ensemble de notre délégation, tandis que la sienne est dans la lumière donc nous allons aller vite."

Les Gilets jaunes invités surprise des échanges 

"Il n'y a pas qu'en Russie qu'il y a des problèmes de ce type. Ce n'est pas très commode de le dire ici, mais il y a eu des manifestations de gilets jaunes ici où onze personnes sont mortes. Nous ne voulons pas que ça arrive en Russie." La phrase est signée Poutine.

Interrogé sur les vagues d'arrestations d'opposants politiques en marge des manifestations à Moscou, le président russe assure : "les citoyens ont le droit de manifester en paix et les autorités doivent veiller à cela, mais les manifestants n'ont pas le droit d'enfreindre la loi et d'affronter les forces de l'ordre. Tout ceux qui sont responsables de ce désordre devront assumer leurs actes."

La réponse d'Emmanuel Macron


"La comparaison ne vaut pas raison. Les gilets jaunes ont été librement aux élections européennes (...) Je souhaite qu'ils s'expriment librement (...) On est un pays où les gens peuvent s'exprimer librement, manifester librement", a-t-il dit, en référence aux exigences des manifestants russes d'élections transparentes et libres.
 

Le tacle ?


"Emmanuel Macron a eu la gentillesse de mettre à l'ombre l'ensemble de notre délégation, tandis que la sienne est dans la lumière donc nous allons aller vite."

Les deux dirigeants, qui s'étaient vus pour la dernière fois au G20 d'Osaka fin juin, aborderont les différentes crises qui secouent le monde.

Le Fort de Brégançon; lieu de villégiature et de diplomatie :

Le but ?


Avec cette rencontre, Emmanuel Macron tente d'arrimer Vladimir Poutine dans le multilatéralisme et les débats qui animeront le prochain sommet du G7, instance dont est exclue la Russie depuis 2014 et l'annexion de la Crimée.
Libye, Iran, Syrie et Ukraine seront les principales crises au menu de cette "visite de travail".

En Ukraine, l'arrivée au pouvoir du président Volodymyr Zelensky est perçue par Paris comme porteuse d'opportunités pour avancer vers un règlement du conflit autour des provinces séparatistes pro-russes d'Ukraine.
 

"Tentative très utile" 



Cette rencontre "est une tentative très utile pour sortir la France et si possible l'Europe d'une impasse" dans ses relations avec la Russie, a estimé l'ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine, dans un entretien au Figaro samedi.

Depuis 2017, le Français et le Russe sont restés régulièrement en contact, sans qu'Emmanuel Macron s'abstienne de critiques. Les contacts dans le domaine culturel et humanitaire sont aussi très intenses.

Pour éliminer un point de crispation, la justice russe vient de libérer le banquier français Philippe Delpal, détenu depuis février sous l'accusation de fraude et désormais assigné à résidence. M. Macron avait évoqué son cas à plusieurs reprises avec le président russe.

Sur la Syrie comme sur l'Iran, Paris explique vouloir demander au président russe "d'user de son influence" sur ses alliés.
  .
La France espère enfin un appui plus fort de la Russie pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA). "Comme garants du JCPOA, Paris et Moscou doivent pouvoir travailler ensemble à la désescalade". "Si la Russie réaffirme que l'Iran doit respecter ses obligations du JCPOA, cela renforcera beaucoup notre position", souligne une source diplomatique française à l'AFP.
   

A lire aussi

Sur le même sujet

Karine Jouglas (06)

Les + Lus