A Saint-Aygulf dans le Var, l'accès à la plage est interdit à cause de la sécheresse

Publié le

C'est la plus grande plage de Saint Aygulf dans le Var. Familles, naturistes, kitesurfeurs et même les chiens y ont leur espace dédié. Mais, juste à côté d'elle, l'embouchure du fleuve Argens a dévié en raison de la sécheresse et la mairie a été contrainte de réorganiser les zones de baignade.

Elle est située à Saint-Aygulf, une petite station balnéaire varoise, située sur la commune de Fréjus. La plage des Esclamandes est l'une des plus belles du département et c'est là que des tortues marines caouannes ont pondu dans le sable en septembre 2020.

C'est aussi la plus grande de la commune. 

Ses 600 mètres de sable sont découpés en 4 zones :

  • Une zone familiale.
  • Une zone naturiste.
  • Une zone réservée aux kitesurfs.
  • Une zone pour les chiens.

L'accès est interdit depuis le 29 avril

Le 29 avril dernier, les promeneurs ont eu la surprise de constater que  l'accès est désormais interdit, et cela jusqu'à nouvel ordre. "Il y a danger", est-il indiqué sur un panneau, avec "un risque pour la sécurité des usagers".

La plage s'est en effet considérablement réduite en l'espace d'un an, le fleuve Argens, qui se jette dans la Méditerranée a dévié à 350 mètres de son embouchure initiale, ce qui compromet la sécurité des usagers.

Jean-Louis Barbier est élu à la ville de Fréjus, et il est en charge du domaine public maritimes et de la gestion des crises majeures. Il précise que déjà en 2018, la situation s'était produite, mais à un niveau moindre et nous explique le phénomène.

C'est lié à la sécheresse, à la faiblesse du débit du fleuve. L'Argens est lent, charrie des sédiments qui se déposent à l'embouchure. Se crée alors un cordon sableux, et cette année, le fleuve s'est déporté à 350 mètres à droite.

Jean-Louis Barbier, élu délégué au domaine public maritime et à la gestion des crises majeures

Pas de solutions techniques

Peut-on curer l'embouchure du fleuve pour qu'il retrouve son lit initial ?

Non, répond Jean-Louis Barbier. Il explique que cette coûteuse option n'est pas retenue par les hydrologues consultés par la mairie. "On déplacerait des tonnes de sable que le fleuve redéplacerait en l'espace de quelques jours car faute de débit, l'eau creuse un chenal entre les dunes, et il y a un faible écart entre le niveau de l'Argens et celui de la mer".

Une digue peut-elle être construite pour éviter ce phénomène de déviation de l'embouchure de l'Argens ?

Jean-Louis Barbier est là-encore formel, il s'agirait des travaux pharaoniques eux-aussi voués à l'échec.

Dans l'attente des précipitations

De fortes pluies créeraient un fort débit de nature à dévier l'eau dans son lit initial. "Si cela se produit, indique Jean-Louis Barbier, on réorganisera la plage, mais dans un souci de sécurité pour les Fréjussiens et les touristes". Pour l'heure, c'est la sécheresse, et il n'y a pas de grosses précipitations à l'horizon.

Plus d'accès en début de saison estivale

La ville de Fréjus avait dès le début du phénomène en 2021, réduit les secteurs pour les kitesurfeurs, les familles, les nudistes et les chiens.

Elle avait par ailleurs instauré  "une zone blanche" interdite au public car trop instable. 

Mais en un an, la situation a empiré, et l'embouchure a encore plus dévié. En ce début mai 2022, tout est donc réorganisé : la totalité de la plage des Esclamandes devient une zone blanche sans surveillance, le secteur dédié aux kitesurfeurs est désormais situé plus à l'est, de l'autre côté de l'embouchure, près de la plage Pacha.

Les familles poseront leur serviette sur les autres plages de la commune, et les toutous pourront barboter dans la grande Bleue sur une plage située derrière la base Nature.

Reste les naturistes ! La mairie cherche un spot mais elle ne cache pas que trouver le lieu approprié sera compliqué cette année.