"Grande quantité d’argent liquide", "système d’affairisme" : un livre étrille David Rachline, le maire RN de Fréjus

Un livre signé par la journaliste Camille Vigogne Le Coat, grand reporter à L’Obs, s'intéresse au maire Rassemblement national de Fréjus, David Rachline. Le livre "Les Rapaces", publié aux éditions Les Arènes, compile en quelque 200 pages le fruit d'une enquête de deux ans.

À seulement 35 ans, la carrière politique de David Rachline est déjà longue, sous les couleurs du Front national, puis du Rassemblement national. La litanie des griefs de la journaliste Camille Vigogne Le Coat à son encontre l'est tout autant. 

Le livre Les Rapaces, publié aux éditions Les Arènes, est le fruit d'un long travail d'enquête. Certains aspects ont déjà été largement relayés par la presse autour du train de vie de l'actuel maire de Fréjus, dans le Var, et vice-président du parti qui a porté la candidature de Marine Le Pen lors des dernières élections présidentielles françaises. 

À la bonne heure

Sur ces deux ans de temps, d'enquête et de documentation, c'est un chronographe qui a donné le tempo de ce livre. "La montre de David Rachline, c’était le premier élément factuel me mettant sur une piste documentée d’un réseau d’affairisme autour de David Rachline, en complète contradiction avec ses promesses de gestion exemplaire de la ville" a-t-elle expliqué à Ali Benbournane, journaliste à France 3 Côte d'Azur.

En cause, une montre de la marque Hublot achetée à Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var dans les Alpes-Maritimes. Le chauffeur de l'actuel édile fréjusien se serait rendu en son nom dans une enseigne de joaillerie pour achever l'achat de cette montre avec une rondelette somme d'argent liquide, environ 15 000 euros.

Pour l'autrice, ces sommes en liquide ne correspondent en rien au train de vie de celui qui est présenté par Marine Le Pen comme un ami.

"Tout ce que j’écris dans le livre a été corroboré par des preuves. Pendant deux ans, j’ai récolté des dizaines de factures, de documents, d’enregistrements, de témoignages, de photos, de conversations, d’agenda, qui tous racontent la même histoire. Celle de relations extrêmement troubles entretenues avec le géant du BTP local [...] mais aussi, de façon plus générale, d’un système d’affairisme et de clanisme à la mairie de Fréjus" détaille Camille Vigogne Le Coat.

Du liquide à flot ?

Lorsqu'il s'agit de monnaie fiduciaire, Camille Vigogne Le Coat affirme : "David Rachline a coutume d’utiliser une grande quantité d’argent liquide, surtout pour financer son train de vie, ses soirées, ses sorties dans le golfe de Saint-Tropez. Mais aussi pour acheter des cadeaux, des articles de luxe pour lui ou pour ses proches. J’ai pu le documenter. J’ai aussi pu recueillir les confidences de David Rachline à ce sujet-là".

On est dans un monde extrêmement trouble. Je ne m’attendais pas à découvrir un système d’une telle ampleur où celui qui est censé incarner au niveau local le respect de la loi, de l’autorité, finalement s’affranchit à titre personnel de tout un tas de règles et de lois qui semblent pourtant évidentes quand on est premier élu d’une ville.

Camille Vigogne Le Coat

Selon l'autrice dans son ouvrage, le maire élu à la tête de la commune du Var pour la première fois en 2014, sous les couleurs du FN à l'époque, aurait d'abord contesté avant de confirmer cet achat : "Ce qui est intéressant, c’est qu’au début, il dément, catégoriquement, avant de - 6 mois, un an plus tard – changer à l’opposé de version en reconnaissant, notamment, avoir utilisé 15 000 euros d’argent liquide pour acheter une montre de luxe. Pas en son nom, mais au nom de son chauffeur."

"Un système politico-financier"

L'attitude que dépeint la journaliste dans Les Rapaces vient s'opposer aux promesses d'un David Rachline alors candidat ou jeune maire.

"Quand il a été élu en 2014, [David Rachline promettait] de mettre fin à un système d’affairisme qui existait déjà avant lui. Ce que j’ai découvert en deux ans d’enquête, c’est qu’au lieu de mettre fin à ce système, il l’avait amplifié, il s’y était plongé jusqu’à outrance" déroule le grand reporter de l'Obs.

Un sentiment de lassitude vis-à-vis du politique s'est installé parmi les Fréjusiennes et Fréjusiens affirme Camille Vigogne Le Coat. "Ce que j’ai découvert lors de cette enquête, c’est qu’une partie de la population de Fréjus, comme la population française, est fatiguée d’élus qui se croient tout permis et qui s’accordent des libertés avec le droit."

En lien avec un entrepreneur du BTP local

Les Rapaces pointe surtout certaines relations supposées du maire avec un entrepreneur local dont la fortune vient d'activités dans le BTP.

"On est dans un système qui, selon plusieurs critères, peut correspondre à celui d’un système politico- financier extrêmement problématique. À partir du moment où l'on a des relations extrêmement troubles avec le géant du BTP, où l’on a énormément d’argent liquide qui circule, où il y a des objets de luxe dont on n’est pas en mesure d’assurer ou d’expliquer de façon crédible, et cohérente, et constante, la provenance, où l’on s’affranchit des lois qui sont pour les autres mais pas pour soi, on dessine un monde aux frontières extrêmement troubles et on peut se poser la question d’un système politico-mafieux."

Sollicité par la rédaction de France 3 Côte d'Azur pour réagir, le maire de Fréjus a fait savoir par l'intermédiaire de son chef de cabinet, Christopher Pecoul, qu'il ne "donnera pas une réponse favorable à [cette] demande".

Un extrait du livre Les Rapaces, de Camille Vigogne Le Coat, évoque aussi des habitudes d'achats vestimentaires dans les commerces azuréens.

"Le maire aime aussi les virées shopping. Chez Trabaud, par exemple, une enseigne de prêt-à-porter masculin de l'agglomération raphaëloise, qui vend essentiellement d'onéreuses marques italiennes, où "David", comme l'appelle le gérant, peut dépenser des milliers d'euros. [...] Pour les jeans, le trentenaire ne jure que par Jacob Cohen, pour un budget minimal de 400 euros la paire" est-il écrit.

Le sens de la fête

Invitée dans plusieurs médias pour promouvoir son travail d'enquête, Camille Vigogne Le Coat était le 2 novembre sur le plateau de "C'est à Vous", sur France 5

Anne-Élisabeth Lemoine lance alors, en évoquant un passage du livre sur les habitudes de David Rachline : "Il met souvent le cap sur Saint-Tropez où il lui arrive de lâcher un Smic dans une plage privée. Carré VIP, champagne millésimé, espace réservé... L'addition se règle exclusivement en liquide".

Pour rappel, le Smic mensuel pour 35 heures hebdomadaires est actuellement de 1383,08 euros nets, après une revalorisation au 1er mai 2023 de 2,22%.

Pas d'enquête interne au RN, et une possible plainte de Rachline

Sur BFM TV, le dimanche 5 novembre, Jordan Bardella était invité dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche".

Peu avant 19h, le journaliste Benjamin Duhamel a évoqué le livre de Camille Vigogne Le Coat. Le président du Rassemblement national a commencé par la qualifier de "militante politique". 

Monsieur Rachline, son seul juge, ce sont les électeurs. Il a précisément été élu maire de Fréjus en 2014, et réélu maire en 2020. Et je crois qu'en démocratie, la justice, c'est le peuple français.

Jordan Bardella

BFM TV, émission "C'est pas tous les jours dimanche"

"Sur le fond" est-il relancé en plateau. "Il conteste", affirme Jordan Bardella en parlant des accusations formulées contre David Rachline.

À l'automne 2021, à l'occasion d'une réunion publique à Toulon, le livre aborde le séjour à Saint-Raphaël de Jordan Bardella dans un hôtel dont le propriétaire est l'entrepreneur dans le BTP cité par Camille Vigogne Le Coat.

"Je paie mes séjours lorsque je vais dans des hôtels. Ce propos est rapporté d'ailleurs par un ancien journaliste de BFM TV [Pascal Humeau qui est devenu conseiller de Jordan Bardella, alors vice-président du parti, ndlr]. Et cela s'est terminé dans les mêmes conditions qu'avec vous, me semble-t-il."

Le président du Rassemblement national a par ailleurs assuré qu'une plainte pourrait éventuellement surgir contre la journaliste à l'origine du livre Les Rapaces.

Il étudie d'ailleurs avec ses avocats la possibilité de poursuivre [Camille Vigogne Le Coat].

Jordan Bardella

BFM TV, émission "C'est pas tous les jours dimanche"

Jordan Bardella a conclu en affirmant qu'aucune enquête interne au sein du parti n'allait être diligentée contre David Rachline.

-Avec Ali Benbournane

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité