La ville de Saint-Raphaël désigne un référent "antibureaucratie" pour aider les habitants dans leurs démarches

Publié le Mis à jour le
Écrit par Loïc Blache (avec AFP)

Le maire Les Républicains de Saint-Raphaël dans le Var a désigné l'un de ses adjoints comme référent "antibureaucratie". Cet élu sera chargé de "lutter contre les lourdeurs administratives".

Selon Frédéric Masquelier, le maire (LR) de Saint-Raphaël dans le Var, ce serait une première en France. Ce mercredi, en conseil municipal, Frédéric Heudiard, son 8e adjoint en charge des relations avec les usagers du service public, a été désigné "référent antibureaucratie".

Il pourra être saisi par chacun en cas de problème avec la mairie ou la communauté d'agglomération.

Cantines, gestion des eaux pluviales... Parfois, les dossiers trainent en longueur et il est difficile d'obtenir des réponses à ses questions. Cela vise à "alléger le quotidien" des 35.000 habitants (100.000 en été) "en facilitant et fluidifiant" les procédures administratives, explique le maire saint-raphaëlois.

On pourra le solliciter pour un dossier qui dure trop longtemps, lorsqu'on est baladé de service en service... La mission d'une administration, c'est d'abord de travailler pour le citoyen. Il doit être le cœur de l'action administrative.

Frédéric Masquelier

Maire de Saint-Raphaël

Avocat de profession, le maire estime que les élus locaux peuvent contribuer à lutter contre la bureaucratie car "ils produisent eux-mêmes un certain nombre de normes".

Un rapport public des dysfonctionnements

Lorsqu'il sera saisi, Frédéric Heudiard agira comme un médiateur au sein de la mairie et de la communauté d'agglomération. Charge à lui de réunir et faire dialoguer les différentes parties pour trouver une solution au plus vite.

En parallèle, le "référant antibureaucratie" fera aussi des propositions pour améliorer les services municipaux et dressera un rapport annuel de l'ensemble des dysfonctionnement que le maire varois promet qu'il rendra public.

Frédéric Masquelier souligne que, avec le numérique, "il y a déjà de la simplification et de l'accélération" dans les procédures et rappelle la devise en vigueur au sein de sa mairie : "le oui est le principe, le non est l'exception et doit être motivé".