VIDEO. Venus du monde entier, ces escrimeurs s'entraînent ensemble pour les Jeux paralympiques de Paris 2024

Depuis le 23 avril et jusqu'à ce dimanche, la ville de Fréjus accueille une cinquantaine d'athlètes, de coachs et de formateurs en para-escrime. Ils viennent du monde entier, et ont tous en ligne de mire les Jeux paralympiques de Paris 2024.

Dans la grande salle du village club Igesa de Fréjus, l'ambiance est électrique.

Partout, les athlètes s'affrontent par paire, sous les conseils avisés et incessants des coachs et des entraîneurs de l'équipe de France, mais pas seulement.

Tous sont atteints d'un handicap, qui les oblige à s'affronter en fauteuil. Dans leurs mains, des épées, des sabres ou des fleurets, qu'ils manient avec une dextérité impressionnante.

25 athlètes venus de 8 pays différents

En tout, ils sont environ 25, originaires de France, mais aussi de Belgique, d'Argentine, du Canada, ou même du Japon et des États-Unis.

Parmi eux, Enora Tartju, 16 ans, championne de France junior d'escrime handisport, et qui pratique ce sport depuis 2 ans et demi. Pour elle, ce stage à Fréjus est une vraie opportunité : "Cela permet d'améliorer les points qu'on a vus sur la Coupe du monde, et d'avoir d'autres adversaires en face de nous, c'est cool!" répond la jeune femme, originaire du Morbihan en Bretagne.

Son adversaire du jour, Justine Moore, est originaire de Blackpool en Grande-Bretagne. Elle aussi est très contente de participer à ce stage. 

C'est très bénéfique... on apprend des techniques, des tactiques... on s'amuse beaucoup tout en s'entraînant ! C'est du boulot, mais c'est super !

Justine Moore, escrimeuse britannique.

Encadrement de haut vol

Leçons individuelles, assauts, combats par équipes, préparation physique... Le programme de ce stage est intense. Avec un brassage des nationalités qui vise à progresser, encore et toujours.

Pour les encadrer et les aider à progresser, une dizaine d'entraîneurs sont présents, et 6 autres sont en formation sur place. Pour eux, le challenge est aussi intéressant : car il faut réussir à partager ces athlètes d'horizons très différents.

"C'est très riche pédagogiquement pour nous, car on est obligés de trouver des explications pour que tout le monde comprenne. Se faire comprendre en français, ce n'est déjà pas toujours évident, alors avec des étrangers, c'est encore plus compliqué ! ", s'amuse Stéphane Denoyelle, maitre d'armes et entraîneur au sein du Cercle sportif de l'institution nationale des Invalides, l'un des plus importants clubs de la Fédération Française Handisport

Objectif Paris 2024

Le stage de Fréjus est d'autant plus important qu'il permettra de gagner des points pour se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024.

En effet, à l'issue de ce stage, une compétition internationale aux trois armes (fleuret, épée, sabre) auront lieu les 29 et 30 avril au gymnase des Chênes, avenue du 15ᵉ Corps à Fréjus.

Le fleuret se disputera le samedi matin et l’épée, le samedi après-midi. Le sabre clôturera ce championnat le dimanche matin. 

Des épreuves qui s'annoncent très disputées, car elles permettront de gagner des points pour se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris l'an prochain. 

Viser la médaille d'or

Les Jeux paralympiques, c'est justement l'objectif de Marc André Cratère. Cette légende de l'escrime handisport a déjà décroché 8 titres de champion du monde. Il est aussi devenu vice-champion paralympique de sabre à Londres en 2012.

Mais à 53 ans, il lui manque toujours la médaille d'or olympique. Un objectif qu'il ne cache pas : "Je l'ai dans la tête depuis 2022. C'est le seul titre qui me manque dans tout mon palmarès !".  

Un titre qu'il compte à tout prix décrocher à Paris l'an prochain. Pour terminer sa carrière... de la plus belle des manières.